La religion des origines

Préface : Je ressens le besoin de vous donner ici la bonne clé de lecture de cet article, de façon à éviter les malentendus. Après le 11 septembre 2001 c'et devenu nécessaire. Dans cet article, je parle de foi et de religion. Bien entendu je me réfère à la FOI PURE, et donc PAS à la MORALE ou à l'ETHIQUE qui mènent à des action spouvent en réel constraste, totalement paradoxale avec la foi elle-même. La foi pure est, pour moi, le rapport entre l'homme et un Principe supérieur.

Joseph Cambell, un des plus grands experts mondiaux de la mythologie malheureusement disparu, pense que c'est l'esprit humain qui est la "zone mythogénétique ultime, la créatrice et la destructricve, l'esclave et la maîtresse, de tout les dieux", et je suis assez d'accord. Mais cela ne signifie pas que Dieu n'existe pas, que du contraire. Par foi je crois en Dieu, un dieu que même le Pape Jean Paul II a libéré de ses ridicules ressemblances humaines qui lui avaient été données par l'art et la littérature, ces ressemblance avec un Vieillard à longue barbe blanche plus créer à l'image de l'homme que le contraire.

Le Pape, qui connait réellement l'Evangile et sa véritable histoire, gardée secrète au plus grand nombre, et qui en a compris tout lessens plus ou moins profonds et allégorique, dans son oeuvre, a tenté de faire revenir la religion chrétienne à ses origines, reprenant à la lettre les enseignements du Christ et laissant de côté les règles purement pragmatique que l'Eglise a superbement institué en deux milles ans d'histoire tourmentée. Mais Jean-Paul II a fait bien plus que réunir les différentes confessions évangéliques. Sa mission semblait être celle de réunir tout le genre humain, en faisant abstraction des religions plus ou moins similaires, au nom d'un Dieu réellement universel que nous pouvons trouver en nous, dans les anfractuosité de notre psyché et de notre âme.

Mais pourquoi ?

En l'an 2000, quand fut révélée la dernière prophétie de Fatima, il déclara :

"Nous devons être prêt à faire face à de grandes épreuves proche..."

A mon avis, il n'y a pas dans les parole du Pape une annonce de catastrophes apocalyptiques. Le Vatican lui-même a précisé qu'il s'agit d'épreuve de foi. Mais tout de même des "grandes" épreuves de foi.

La Religion des Origines est ce noyau d'éléments spirituels et métaphysique qui accompagnent l'homme depuis ses lointaines origines, qui le projetent, s'il est laisser libre même un seul instant des conditionnements externes, dans un dimension profonde de l'être, dans laquelle se montre irrésistible l'écoulement incessant de l'infini ; des élements qui font grandir en lui le désir de retrouver l'unité perdue. E comme s'il se rendait compte d'être une portion d'un tout, mais d'en avoir été arraché et de ne plus savoir revenir à la "maison". Mais quand l'homme a-t-il commencé à se sentir privé de son sens le plus authentique ? Quand, "par décision divine", il fut éloigné, déshérité, chassé de l'Eden.

La Religion des Origines, donc, n'est pas à proprement parler une religion, mais elle est la cause primaire, la base, de toute religion, l'essence même de toute spiritualité, qui naît au moment où l'homme est créé et qu'il devient par conséquent "étranger" au Créateur.

Tout les grands prophète de l'histoire connue, de Jésus à Buddha, des soit-disant "Gourous" aux Chamans, savaient que l'âme et le corps sont une seule et même chose, e l'homme et Dieu infini sont un tout, parce que "membres d'un même corps" ou " gouttes de la même mer".

Ainsi, il me semble que le Pape a voulu dépasser ces divisions religieuses qui sont aujourd'hui comme par le passé un des principaux motifs de désordres, guerres et d'abus de pouvoir. Il ne s'agit absolument pas de révolution. En effet, comme le faisait remarquer Campbell, chaque religion s'appuie sur "une base commune de motifs mythologiques, sélectionnés, organisés, interprétés et ritualisés différemment, selon les nécessités locales, mais vénérés par tous les peuples de la terre". Vous aurez compris que cette base commune n'est autre que ma Religion des Origines. Et alors vous comprenez combien il est erronné d'être convaincus qu'une religion soit meilleure qu'une autre, préférée de Dieu plus que tout autre, seule voie de salut. Chaque religion est une voie différente mais tout aussi valable que sa propre spiritualité.

Saint Paul, dans sa lettre aux Romains lance une mise en garde à ce propos et dit : "Ne crois pas être supérieure aux branches taillées. Tu ne peux pas te vanter d'aucune façons parce que ce n'est pas toi qui porte les racines, mais la racine qui te porte." (ROMAINS 11, 18). Que personne ne m'en veuille si dans la racine je vois le Dieu de la religion primordiale et non un quelconque dieu propre à une religion particulière.

J'espère que personne ne pense que je suis d'une quelconque façon hérétique. Saint Paul lui-même, dans les lettres aux Romains dit : "Il n'y a donc pas de différences en ceux qui sont Hébreux et ceux qui ne le sont pas, parce que le Seigneur est le même pour tous, immensément généreux vers tous ceux qui l'invoquent. La Bible affirme en effet : quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé." (ROMAINS 1°, 12-13)

Dieu est le même pour tous, que tu l'appelle Yawhé, Jeovah, Allah, Atum, Ra...

Tous les peuples de la Terre prient depuis toujours le même, unique et seul Dieu, bien que l'histoire, asservie aux stratégies hégémonisantes des puissant qui se servaient des religions pour justifier leur propre autorité et apprivoiser les peuples, ait dissipé la religion des origines en plusieurs sentier qui sont souvent en opposition entre eux, mais qu'il est possible de parcours en mode retour.

Je crois qu'il faut dépasser, si on veut retourner à la base de la colonne spirituelle, la traditionnelle distinction entre monothéisme et polythéisme. Je prends comme exemple la religion de l'Ancienne Egypte. Que ce soit du polythéisme il n'y a pas de doutes, mais à la base de tous les dieux il y a une Être Suprême, l'Esprit Créateur, qui a décidé et crée chaque dieu du panthéon égyptien. A la base des religion orientale, aussi bien mono que polytheistes, il y a une Esprit Universel. Dans le panthéon grec les dieux de l'Olympe, très humains et parfois sympathiques avec leurs humeurs si capricieuses, ne pouvaient pas rivaliser avec le Sort, le Destin, que personne, pas même Zeus ne pouvait commander.

Bref, même le polythéisme, à la fin du compte vénère un dieu unique et véritablement universel. Il est assez curieux de se rappeler comment un indien un jour insista sur le fait que selon lui même moi, chrétienne, j'étais en réalité polithéiste, selon notre façon de juger, puisque tout comme ses dieux ont une tâche précise dans le projet divin, il en va de même pour nos anges, archanges ...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×