The Philadelphia Experiment

L'expérience de Philadelphie
... et ils brûlèrent pendant 18 jours.

C'était en octobre 1955, quand Morris K. Jessup, résident a Coral Glabes, Floride, reçut un paquet de lettre provenant de l'éditeur de son livre The case for UFO. Il s'agissait de la première oeuvre qu'il écrivait sur la question (d'autres suivront) dans laquelle il comparait les énigmes du passé avec des signalements plus récents de soucoupes volantes, en combinant ses études d'astronomie et sa passion pour les civilisations disparues; Parmi ces lettres l'une d'entre elle était très extravagante et provenait de Pennsylvanie. Ecrite à la main avec différentes couleurs, et une usage irrégulier des lettres minuscules et de la ponctuation, elle prenait source de certaines spéculation de Jessup pour soutenir que la lévitation était une "procédure connue" et bien developpée de la technologie humaine. L'auteur signait avec le nom de "Carlos Miguel Allende". Jessup ne donna pas de relief à la chose, mais le 13 janvier 1956 il reçut une seconde lettre de Allende, qui selon l'adresse résidait dans la périphérie de New Kensington, dans l'état de Pennsylvanie.

Il était évident que Allende connaissait bien es intérêt de Jessup pour la théorie des champs unifiés d'Einstein, qui aurait pu révéler le secret de l'antigravité, rendant ainsi possible les voyage spatiaux à coûts réduits. Allende jugeait terrible cette possibilité, soutenant déjà qu'un recherche similaire avait conduit à une expérience dont le résultat fut la "complète invisibilité d'un bâteau, du genre Contre-torpilleur, et de tout son équipage, Alors qu'il était en mer. (Octobre 1943)... La moitié des officiers et l'équipage de ce Navire sont Actuellement fous, réellement Fous à lier. "et il poursuivait, "Le Navire Expérimental Disparu du Débarquadère de Philadelphie et quelques Minutes plus Tard il réapparu à son autre Débarquadère dans la zone de Portsmouth, Newport News, Norfolk. Il Fut disctintement Et clairement Identifié à ce endroit Mais le navire, à nouveau, Disparu, et Retourna En-arrière à son Débarquadère de Philadelphie en très peu de Minutes, voir encore Moins."

Dans une lettre successive, datée du 25 mai, le correspondant - qui cette fois s'identifiait en-tête de la lettre comme Carlos M. Allende et comme Carl Allen au fond - se déclarait disponible pour être soumis à l'hypnose ou au sérum de vérité de façon à se rappeler plus de détails de l'histoire et démontrer ainsi sa crédibilité. De fait, la seule argumentation fournie par Allende comme preuve de ses affirmations était quelques noms de personnes qui aurait été avec lui à bord de l'embarcation de la Matson Lines Liberty, la S.S. Andrew Furusethn de laquelle ils purent observer toute la scène du navire disparu. Toutefois, il ne se rappelait pas le moment exacte des évènements. Ce n'est que dans un second temps que le contre-torpilleur "invisible" fut identifié dans l'USS Eldridge, code DE 173.

Malgré le fait que sa curiosité fut piquée au vif, Jessup continua à ne pas prendre très au sérieux la question. Jusqu'à ce que un an plus tard, il reçut une invitation à se rendre auprès du Bureau des Recherche Navale (ONR) de Washington, où il s'entendit raconter une étrange histoire. A la fin de juillet ou début août de l'année précédente, quelqu'un expédia, un paquet provenant de Seinole, au Texas, une copie annotée de l'édition de poche de son Case for the UFO à l'amiral N. Furth, Chef de l'Office of Naval Resaerch. Les annotations, gribouillée en trois couleurs d'encre différent, semblait avoir été écrite par autant de personnes, A, B et, Jemi, qui , sur base de certaine référence, semblait pouvoir être attribué à une quelconque tribus tzigane. A, B et Jemi certifiait savoir de nombreuses choses sur les entités qui se cachaient derrière les UFO (appelée "S-M" et "L-M", les premier ennemis de la race humaine). L'amiral mis de côté le matériel, mais un jeune officier quelconque fut si intriguer qu'il poursuivit les recherches pour son propre compte.

Jessup fut désorienté par l'intérêt démontré par les officiers présents, et il se soumis respectueusement à la lecture du tout. Le style, le ton, et la nature des commentaire, en plus des références à une expérience secrète de la Marine qui avai rendu un navire invisible, convinquirent Jessup que l'auteur était ce même allende/Allen qui s'était adressé à lui, et c'est ainsi qu'il parla aux officiers des lettres qu'il avait reçu. Ces derniers en demandèret des copies, qui furent par la suite publiée dans une édition limitée de la version annotée du Case for the UFO, à charge de la Varo Manufacturing Company de Garland, Texas, une société qui travaillait pour la Marine. Une introduction anonyme - écrite en réalité par le commandant George W. Hoover, officier des Projets Spéciaux de l'ONR, et le sous-officier capitaine Sidney Sherby - expliquait : "Etant donné l'importance que nous attribuons à la possibilité de découvrir des indices utiles quant à la nature de la gravité, aucune rumeur, pour autant qu'elle puisse être discréditée du point de vue de la science officielle, ne devra être négligée."

On fournit une copie de l'édition Varo à Jessup, sur les 127 qui furent imprimée, sur laquelle il apposa à son tour des contre-annotations. En considération des multiples problèmes soulévés et des dépenses engendrées (les annotations ont étés réimprimées dans leurs couleurs d'origine) nombreux sont ceux qui ont été surpris que l'argument ait été retenu si interessant pour les scientifique de la Marine.

Une mort annoncée

En octobre 1958, profitant d'un voyage d'affaire à New York, Jessup se rendit pour une visite de courtoisie chez l'écrivain Ivan T. Sanderson, un zoologue interessé par le phénomène UFO et aux anomalies en général. Sanderso se souvient ainsi de sa rencontre : "Il y avait environ une douzaine de personnes présentes. A un moment donné Morris demanda à trois d'entre nous s'il pouvait nous parler séparément. En appartée, il nous confia la copie originale réanotée et nous demanda de la lire avec attention, et de la mettre en sûrement au cas ou il lui arriverait quelque chose". Tout ceci à l'époque nous sembla très théâtrale mais, après avoir lu le livre, nous avons du admettre que nous avons été envahis d'un sentiment collectif d'une nature vraiment désagréable. E ce fut horriblement confirmé le jour ou Jessup fut retrouvé mort dans sa voiture, en Floride."

C'était la fin de l'après-midi du 20 avril 1959 quand Jessup, après avoir garé sa station wagon près de chez lui, avec un calme olympien mis un tube en caoutchouc dans le pot d'échappement et l'autre extrémité dans l'habitacle à travers une ouverture dans la fenêtre. Il mourut empoisonné par le monoxyde de carbone. Le suicide contribua à exagérer la signification des lettre de Allende, au point que quelqu'un pensa même que Jessup avait été tué car il en savait trop. Un goupe d'occultiste californien publia en 1962 une monographie consacrée à cet épisode controversé et Gray Barker receuilli les premiers écrit de Jessup et les récente rumeurs qui circulaient à son propos dans The Strange Case of Dr. M. K. Jessup, qui paru l'année suivante. Barker, entre autre, cite le passionné d'UFO Richard Ogden, qui soutenait apparemment que le "suicide de Jessup avait été conçu en lui faisant écouté une bande qui contenait des messages d'auto-destruction. La bande utilisait la suggestion hypnotique surimprimée à la musique et mélangé à un bruit blanc. " Et il concluait, "Personne ne peut résister à l'hypnose par onde sonore". Mais aucune preuve ne fut offerte à Ogden pour appuyer ses extraordinaires allégations.

Nous devons toutefois attendre 1965 pour que le cas Allende fasse son apparition dans un livre à grand tirage, c'est-à-dire Invisible Horizonq écrit par Vincent Gaddis, qui a été le premier à parler du Triangle des Bermudes comme lieu de fréquente et mystérieuses disparition de navire et d'avions. Deux ans plus tard, dans un appendice A Uninvited Visitors de Ivan T. Sanderson, les lettres de Jessup à Allende était réimprimée et ainsi que l'introduction de l'édition Varo. En commentaire Sanderson notait : "Si Monsieur A, monsieur B et/ou Jemi ne sont rien d'autres que des excentriques, où ont-il déniché tous ces faits et toutes ces allégations qui, bien que séparément ont été débattues pendant des années, demanderait des années de recherches pour être retrouvées ?" L'année suivante, toujours aux Etats-Unis, deux autres volumes sur la question furent publiés à charge de Brad Steiger et Joan Whritenour, qui en exagèrent les contenus en faisant référence à une "nouvelle et provocante théorie" sur la nature et l'origine des UFO. Selon les auteurs, Allende aurait même pu représenter un pouvoir extraterrestre arrivé sur la Terre il y a plusieurs siècle. D'autres avancèrent l'hypothèse que pendant que le navire était invisible, la Marine Militaire des Etats-Unis aurait été capable de contacter des entités aliens avec il passèrent des accords pour une forme de collaboration profitable.

En 1974, le Best seller de Charles Berlitz The Bermuda Triangle mentionna le "mystère", et celui-ci devint en 1979 le sujet du livre de William L. Moore The Philadelphia Experiment. Jusqu'en 1984 la New World Pictures produisit un Thriller de science-fiction dirigé par Stewart Raffill, The Philadelphia Experiment, avec comme protagoniste Michael Pare (dans le rôle du marin évanescent) et Nancy Allen.

L'homme du mystère

Jessup mort, Carlos Allende commença à écrire des lettres à d'autres chercheurs du secteur. Les localités desquelles elles étaient expédiées variaient d'une fois à l'autre. Durant l'été 1967, après avoir lu un des ses premiers livres sur les UFO, Allende écrivit aussi à Jacques Vallée. Avec sa première missive, une carte postale illustrée - " vue nocturne des grands magasins Sanger Harris de Dallas" - Allende informait Vallée que pour un peu plus d'un million de lire il pouvait recevoir les instructions sur "Comment construire une soucoupe volante". Dans une lettre ultérieure de 15 pages postée de Dallas, Texas, mais avec une adresse de Minneapolis, Allende supposait que l'univers un beau jour se serait contracté pour revenir à son point d'origine, comme cela s'était passé pour la DE 173 en face de ses yeux. De plus il soutenait qu'Einstein aussi avait lu l'édition Varo du livre de jessup et que les révélations contenues dans les fameuses "lettres" avaient influencé sa santé au point de l'amener proche de la mort.

Selon Allende, à cause de l'exposition excessive au champ magnétique, de nombreux membres de l'équipage devinrent fous, alors que d'autres développèrent des maladies mystérieuses. Deux marins auraient même disparus d'une taverne du coin en laissant les femmes de chambres épouvantées et confuses. La photocopie d'une coupure de journal, sans en-tête ni date, qui décrit l'épisode aurait été remise anonymement à l'adresse de l'écrivain William Moore.

Allende resta toujours un personnage extrêmement fuyant, jusqu'à ce que durant l'été 1969 il se présenta auprès des bureaux de l'Aerial Phenomena research Organization (APRO) de Tucson, Arizona, où il confessa que toute cette affaire était une farce qu'il avait conçue, mais il se rétracta peu de temps après.

En 1978, Allende s'établit à Benson, Minnesota, et l'année d'après il se déplaça à la ville toute proche de Montevideo, pas très loin de Morris, où vivait William Moore. Le 28 juin, le Montevideo American-News rapporta que Allen, c'est-à-dire Allende, se rendait souvent aux bureaux du quotidien "entre 4 et 5 fois par jour".
Dans l'article il était décrit ainsi : "Il est grand, maigre, il s'habille à l'occidentale et il revet habituellement une veste en laine. Ses sujets préférés sont le comunisme et la condition des gare du Milwaukee. Il affirme être l'auteur de divers textes sur des sujets scientifique et assure que son nom est mentionné dans de nombreux livres. Il dit être une personne controversée dans les cercles scientifiques et pseudo-scientifiques, un célèbre linguiste international et un écrivain. A Montevideo, comme à Benson, il a demandé des aides financières à la communauté religieuse et à l'Armée du Salut."

En 1983, Carlos Allende, apparaît à Boulder, Colorado, où Linda Strand, une journaliste scientifique, put l'interviewer brevement et prendre quelques photos, la seule existante de ce singulier personnage. Strand le décrit comme une type farfelu qui gribouilla quelques notes dans la marge de sa copie du livre de Berlitz et Moore avant de disparaître à nouveau, sans fournir plus de détail sur ce qu'il affirmait avoir vu.

Peut-être est-ce pour rivaliser avec les action de Allende, mais plus récemment, en septembre 1989 est arrivé sur la scène Al Bielek qui a certifié avoir été un des marins impliqués dans la si controversée expérience de Philadelphie. Bielek au cours de certaines conférence et interview, raconta que durant des années il n'avait eu aucun souvenir des faits, car il avait été soumis à un lavage de cerveau. Mais la mémoire lui était revenue progressivement après avoir vu le film en 1988. Ses "souvenirs" sont contenues dans un livre écrit avec Steiger en 1990.

La vérité remonte à la surface ?

Mais qui est vraiment Carlos Allende, alias Carl Allen ? En juillet 1979, Robert A. Goerman, un passionné d'UFO résident à New Kensington, Pennsyvanie, se rendit compte d'avoir connu les parents d'Allen depuis toujours : Harold Allen (70 ans) et madame étaient ses voisins. Les Allen lui montrèrent ce que leur fils leur avait envoyé durant des années en se vantant de l'agitation que ses écrits avaient provoqués et son certificat de naissance : Carl Meredith Allen était né le 31 mai 1925 à Springdale, en Pennsylvanie. C'était l'aîné de 5 enfants, 4 garçons et une fille. Ses parents le décrivirent comme un "maître de la tromperie". Son frère Randoph ajouta : "Il a un esprit fantastique? Mais pour ce que j'en sais, il ne l'a jamais vraiment utilisée, et il n'a jamais travaillé assez longtemps quelque part pour gagner assez. C'est une honte."

Et si quelqu'un avait vérifié à la RD n.1, Box 223 de New Kensington, l'adresse fournie par Allende dans ses premières lettre, il aurait trouvé la maison de type colonial de la famille Allen.

A ce moment là, même William Moore, défendeur convaincu de la crédibilité de Carl Allen, tenta de faire marche arrière, arguant que Allen avait simplement diffusé une histoire que d'autre avaient raconté. Moore émit l'hypothèse que la réalité pouvait être "un peu plus terrestre". "Le but de l'expérience" écrit-il dans un livre publié à titre privé en 1984, "pouvait être l'invisibilité aux radars, et non pas optique, et les effets bizarres rapportés en rapport avec ceci - hommes qui traversaient les murs, d'autres hommes qui explosaient dans les flammes - semblent être le résultat d'hallucinations causées aux témoins par la trop grande proximité du champ de force à basse fréquence et de grande puissance qui a été utilisée." Mais l'évidence même pour cette interprétation est pauvre et annecdotique.

En effet, selon certaine version, la Eldridge non seulement devin invisible, mais elle se retrouva dématérialisée et télétransportée à Norfolk, pour retourner ensuite en Philadelphie en un laps de temps si bref que dans des conditions normales cela aurait été impossible. Mais un tel évènnement aurait du produire un mouvement de quelque chose comme 1900 tonnes d'eau pour compbler le vide qui s'est créer, avec comme résultat un vague gigantesque qui se serait abattue sur la baie toute entière. Et pourtant cette conséquence exceptionnelle de l'"expérience" n'est mentionnée nulle part.

Et le suicide de Jessup ? Il aurait été induit par une profonde dépression causée par une séparation avec sa femme compliquée par le fait qu'il avait eu un grave accident de voiture dont il avait été victime quelques mois auparavant.

Même l'intérêt de la Marine pour toute l'affaire est en réalité plus une action personnelle de Hoover et Sherby, qui ont agi pour leur propre compte en dépensant de leur poche. Le fait qu'il était officiers de la Marine, ne signifiait rien, comme Shelby (qui fut par la suite employé par Varo) l'affirma en 1970 dans une interview donnée à l'ufologue Kevin D. Randle.

Toutefois quelque chose de vraiment secret se passa à Philadelphie en 43. L'intérêt que Jacques Vallée exprima pour le cas dans un de ses livres le fit rencontrer un certain Edward Dudgeon. "je suis un pensioné de 67 ans, enrôlé dans la marine de 1942 à 1945", c'est ainsi que commençait la lettre de Dudgeon adressée à Vallée le 28 novembre 1992. "j'étais embarqué sur un contre-torpilleur qui était là en même temps que l'Eldridge DE 173. je peux expliquer tout les étranges évènement puuisque nous avions le même équipement, alors secret. Deux autres embarcations ont lever l'ancre en même temps que nous pour les Bermudes pour rentrer ensuite à Philadelphie."

Deux semaine plus tard Vallée rencontre Dudgeon qui, l'ayant convaincu des ses références et lui ayant montré la feuille de congé de la Marine, raconte sa version des faits. la mission, qui implica la Eldridge et la Engstrom, le navire sur lequel Dudgeon avait embarqué, dura de la première ssemaine de juillet à la première semaine d'aôut 1943, et elle était considérée comme top secret puisqu'on testait pour la première fois un ensemble de contre-mesure qui devait rendre les navires invisibles aux torpilles magnétiques lancés par les submersibles allemands. Rien qui ne fut "extra-terrestre" mais l'équipage avait l'interdiction d'en parler. L'utilisation de l'appereillage spécial, consistant en un radar à basse fréquence, un sonar, un dispositif pour la délivrance de charge en profondeur et des hélices pariculière, a été confirmé, à la demande de Vallée, même par le vice-amiral William D. Houser.

En conclusion, toute l'affaire ne serait rien d'autre qu'une mauvaise farce organisée par le mystérieux Carl Allen ? Selon un bon nombre oui, mais d'autres pensent que l'on se trouve face à une opération de désinformation crée volontairement mais des services secrets mal identifiés pour détourner l'attention d'autre évènements significatifs. C'est aussi le cas de la célèbre affaire Roswell et du très controversé document MJ12 ? Est-ce un hasard si le divulgateur de tous ces secrets est toujours l'américain William Moore ?

Entre temps on a perdu la trace de Carl Allen. Un rapport non confirmé dit qu'il vit aujourd'hui encore dans le colorado.

---------------------------------------------------------------------------

(Extrait de la première lettre reçue par M.K. Jessup de la part de Carl M. Allen)

Le Champs fut efficace de forme sphéroïdale oblongue, et il s'étendant sur Cent mètres (Plus ou Moins, du à la position & Latitude Lunaire) en dehors de chaque extrémité du navire. Toute Personne Dans la Sphère devint vague dans sa forme MAIS elle observait les Personne à bord du navire comme si elles aussi étaient dans cet états de fait, et pourtant elle marchait dans le vide . Chaque personne en dehors de la sphère ne pouvait Rien voir sauf la forme clairement définie de la Quille du Navie dans L'eau, A CONDITION QUE, naturellement, cette personne soir assez près pour voir encore, juste en dehors du champs. (...) Désormais, Monsieur, ILs ne restent que Peu de l'équipage du contre torpilleur Expérimental. Nombre sont ceux qui devinrent fous, l'un d'entre eux passa simplement "à travers" le Mur de sa Maison sous les yeux de Sa Femme & son Fils & deux auxtres Membres de l'équipage (ON NE LE REVIT PLUS JAMAIS), deux "Allèrent dans la flamme", c'est-à-dire qu'il "Gelèrent" & prirent feu alors qu'ils portaient des simple Boussole, un Homme porta la boussole & prit feu lui aussi. IL BRUL7RENT 18 JOURS. La foie dans l"Imposition des Mains" Mourut Quand ceci Advint & les Esprits des Hommes sautèrent par douzaines. L'expérience Fut un Succès Total. Les Hommes Furent des Echecs Complets.

Avec bien peu de respect votre Carl M. Allen

---------------------------------------------------------------------------

(Extrait de la deuxième lettre reçue par M.K. Jessup de la part de Carl M. Allen)

Je regarde les etoiles Monsieur Jessup, je n'ai pas de scrupules à le faire et le fait que je pense que si c'est MANIER DE FACON ADEQUATE, C'EST-A-DIRE PRESENTE AUX GENS & A LA SCIENCE DE FACON PSYCHOLOGIQUEMENT EFFICACE, je sui SUR que l'HOMME ira là où il rêve d'aller... dans les étoiles, grâce à une forme de transport que la Marine trouva accidentellement (avec beaucoup d'embarras) en utilisant le NAVIRE EXPERIMENTAL parti et apparu en une minute à une distance de plusieurs Centaines de milles dans un autres des ses Ports dans la zone de la Baie de Chesapeake. J'ai lu ceci dans un autre journal & seul avec l'hypnose un Homme quelconque pourrait se souvenir de tous les détail du journal, date & etc, vous comprenez ? Eh. Peut-être que la Marine s'est déjà servie de cet incident pour construire vos UFO. C'est un progrès logique de tout point vue. Qu'en penser vous ?

Très respectueusement Carl Allen

---------------------------------------------------------------------------
Le Projet Montauk

L'aura de mystère qui a entoure l'expérience de Philadelphie a été récemment reproposéeà travers ce qui a été appelé le projet Montauk; une présumée expérience de voyage dans le temps mise en oeuvre dans le plus grand secret par le gouvernement américain. Les thèmes reviennent : un installation militaire (une base de l'Aeronautique de l'était de New York au lieu d'une base de la Marine dans la Pennsylvanie), un livre, des soit-disant témoins.

Le tout aurait commencé avec le travail de pionnier de Wilheim Reich et Nikola Tesla, en prenant forme dans les années 1940 avec certaines présumées expériences du gouvernement sur le contrôle des conditions météorologiques, qui se sont consolidées avec l'expérience de Philadelphie et en sont arrivées dans les années 70 - 80 à une manipulation définitive de l'espace-temps.

Le témoin clé de ces nouvelles révélations est Preston Nichols, qui aurait "récupéré les souvenirs refoulés de son rôle de chef technique du projet après des années d'efforts". Alfred Bielek, co-auteur en 1990 avec Brad Steiger d'un livre sur l'expérience de Philadelphie et un des marins ayant survécus a cette aventure, aurait ensuite travaille comme consultant à Montauk. Ce dernier affirme qu'a travers l'utilisation de la technologie alien, de la part d'agence secrète du gourvernement très indistincte, son cours temporel aurait été éffacé pour lui fournir le corps et l'histoire d'Alfred Bielek, né en 1927, qui ne lui appartient en réalité pas.

Toute l'histoire pouvait être apprise en participant à un séminaire organisé par un soit-disant Institut Rim de Phoenix, en Californie, au moyen du versement de la modique somme de 250 €, plus 150 € pour le gite et le couvert. Attention cependant à l'annonce des organisateurs : "L'histoire de ces hommes, que vous l'acceptiez ou non, vous garanti d'élargir les limites de votre réalité".

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site