Echange des pôles

De nombreuses légendes antiques sembles évoquer des mutations répétitives de direction de l'axe terrestre. Un évènnement qui, selon certaines prédiction, pourrait se répéter dans le futur.


Les géologues qui étudient le passé de la Terre ont constaté que les mutations de climat ont presque toujours correspondu avec des changements dans le champs magnétique de notre planète. Le rapport qu'il y a entre les deux phénomènes n'est pas encore très clair ; mais certains avance l'hypothèse que l'extinction soudaine d'espèce vivante toutes entières qui s'est vérifiée plusieurs fois par le passé, est à faire coincider avec les brusques altération dans le champs magnétique. Que ces altérations aient existés est désormais une chose scientifiquement prouvée.

Il ne s'agit pas d'évènnement survenus il y a de lointaine ère géologiqque. Selon certains chercheurs, cela s'est vérifié en des temps relativement récents (milliers d'années) la position des pôles étaient très différente de l'actuelle. Il y en a qui parle d'un échange position entre pôle nord et pôle sud.


Un nouveau renversement soudain provoquerait de forts tremblements de terre le long des failles de la croûte terrestre, et de gigantesque marée, engendrée par des mouvements des fonds océaniques. On constaterait un scénario d'îles engloutie par les flots, de côtes balayées par les vagues, des portions de continent immergée, alors qu'une part des fonds de l'océan pourrait au contraire sortir des eaux. Une perspective de déluge universel.


Si l'axe de la terre devait se retourner complètement, toute la planète serait ébranlée d'ouragans et de raz-de-marée. Il y a des indices qui conforterait cette théorie. Les grands dépôts de charbon en Angelterre indiquent que fut un temps ces régions devaient avoir un climat tropical, avec de grandes forêts et des marais. Les vaste zone de l'Amérique du nord était de façon analogue recouverte de forêt pluviale. Par contraste, l'Australie occidentale et l'Afrique méridionale étaient ensevelies sous une couche de glace.


Une explication possible à ces anomalies est offerte dans les années 20 par Alfred Wegener avec la théorie de la "dérive des continents", qui toutefois suppose que d'énormes masses continentales aient été avec le temps déplacées de milliers de kilomètres de leurs positions originelles. Selon certains l'hypothèse d'un retournement de l'axe terrestre constitue une explication plus simple. Le problème de la découverte de Mammouth dans la Sibérie congelée serait aussi résolu, un endroit où qui ne pouvait pas supporter l'abondante végétation nécessaire pour la subsistance des énormes mammifères. Avant que les pôles ne se déplacent, la Sibérie avait un climat tropical, et les mammouths y prospéraient. La couche de glace tomba si rapidement qu'elle a emprisonné dans la glace des mammouths entier, et la chair a été conservée intacte pour des dizaines de milliers d'années. Un exemplaire fut retrouvé avec dans l'estomac des fleurs encore non digérées.


Si on donne un coup suffisament puissant à l'axe d'un gyroscope, l'appareil peut se retourner complètement, contiuant à tourner dans sa nouvelle position d'équilibre. La Terre peut être vue comme un énorme gyroscope, et le rapprochement d'un quelconque corps céleste, ou l'influs combiné de divers champs gravitationneles, peut avoir fourni par le passé un "coup" suffisamment fort pour provoquer le retournement. L'ingénieur électricien américain Hugh Brown a émis l'hypothèse en 1967 que l'axe terrestre ah subit une oscillation de 90 degrés, pas plus tard qu'il y a 7000 ans. Selon brown ces oscillations aurait un caractère cyclique ; tout ceci semble complètement improbable : mais il n'est pas impossible que des déplacements occasionnels ce soient effectivement vérifiés par le passé.


Le géophysicien, Perter Warlow, a analysé les récites mythique à la recherche de preuves pour sa théorie. Selon lui, les anciens Egyptiens ont enregistré 4 renversement différents, suite auquel le soleil a changé la direction de son cours dans le ciel. Les changements les plus récents se sont vérifiés en 700 a.C., et juste avant encore en 1500 a.C.
Ce dernier évènement correspondrait à la date de l'extinction de la civilisation minoenne en Crète, selon Immanuel Velikovsky.

Les preuves scientifiques


Les preuves des inversions totales de polarité dérivent de l'examen des roches fondues, qui on refroidi à diverses périodes geologiques. Chaque fois qu'une roche en fusion se solidifie, elle conserve un très faible champs magnétique, induit par le champs gravitationnel terrestre. La lave sortie des volcan actifs, et les objets fabriquer par les hommes, présentent le même phénomène. Même les foyers, soumis à répétition au réchauffement et au refroidissement, révèlent un champs magnétique, à peine mesurable. On a conduit des recherches sur d'anciens foyers des aborigènes australien et sur les foyer d'Angleterre pré-romaine, pour vérifier la polarité de ces champs magnétiques. Les géologies ont en outre découvert dans les fonds océaniques des strates de roches de lave qui se sont solidifiées à dfférentes époques.


"En lisant" tout ces champs magnétiques, on a découvert que le champs magnétique terrestre a subi par le passé pas moins de 20 inversions de polarité. la dernière en date à duré au moins 2000 ans.


Par ailleurs, même pour de court moment de l'histoire actuelle, les pôles magnétique ont montrés une tendance à "changer". Au début du XVIIe siècle, l'aiguille de la boussole pointait environ 11 degré à l'est du pôle nord geographique. En 1643 la déviation était de 4 degrés à l'est, et en 1650 durant une brève période les pôles magnétiques et géographiques coincidèrent.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site