Nazca

En 1939, une petite flotte aérienne qui survolait la plaine désertique du Pérou (Pampa di Palpa) remarqua sur le sol la présence d'étranges lignes, et ce n'est que par après, en les observant d'une plus grande altitude, qu'elles furent identifiées comme de parfaits dessins géométriques. Parfaits ausso parce que quand le tracé s'étend sur des kilomètres et des kilomètres, les lignes qui les constituent avancent sur le terrain parfaitement droites, qu'elles traversent une colline ou un terrain accidenté, dépassant les vallons, croisant d'autres figures, se perdant au-delà de l'horizon mais ne déviant jamais d'un parcours rectiligne. Certains des dessins, dont les dimensions atteignent même les 200 m et dont les traces ont une largeur variable (de quelques décimètres à plus de cinquante mètres), représentent des animaux (comme un singe, une araignée, un colibri, une baleine), fleurs, mains, mais la majorité sont certainement des figures géométriques.

nazca.jpg

L'étrangeté et la fascination qui émanent silencieusement de ces dessins solitaires, dans une zone inhabitée et délimitée d'un côté, par les grandes vallées de deux fleuves et de l'autre per la chaîne de collines pré-andine, touchèrent le géographe américain Paul Kosok, qui s'aperçut de leur existence le 21 juin 1941, alors qu'à bord d'un avion il se rendant pour faire un pic-nic avec sa femme Rozse. Il fut tout de suite impressionné par deux aspects : les dimensions vraiment notables de ces figures, qui au total décrivaient une zone longue de 50 km pour une largeur de 15 km, et le lieu où ils se trouvaient, c'est-à-dire un haut plateau désertique des Andes. Pendant 8 ans il ne s'éloigna pas de cette localité, dont il étudia les énigmatiques ouvrages dans la vaine tentative d'en percer le secret.

nazca2.jpg

Pour certains scientifiques les dessins de nazca remontent carrément à il y a 1500 ans, mais alors pourquoi nous sommes nous rendus compte de leur présence qu'en 1939 ? L'explication réside dans la façon dont les lignes ont été tracées, c'est-à-dire en bougeant des pierres de la surface du terrain pour permettre ainsi au gravier d'en dessous de prendre, grâce à l'exposition au soleil, d'abord une couleur jaune pâle et puis une couleur brun-rougeâtre, les rendant ainsi visibles seulement d'en haut. Ces lignes se sont ainsi conservées pendant des siècles grâce à l'absence de pluies. La véritable découverte des lignes Nazca remonte quand même en réalité aux années 20, c'est-à-dire quand le péruvien Meyìa Xesspe et l'américain Alfred Kroeber, 2 scientifiques, en grimpant sur une colline, remarquèrent avec l'effet de la lumière de l'après-midi, de longues lignes qui traversaient le désert, lignes qui étaient impossible de voir de la plaine.

De cette caractéristique, qui le rendait visible seulement d'en haut réside l'explication du pourquoi elles ont été découvertes si tardivement, considérant le fait que pour certains scientifiques elles remontent à il y a plus de 1500 ans. Mais pourquoi les indiens de Nazca, un peuple dont la culture fut d'abord absorbée par l'empire des Incas (XVe siècle) et puis annulée par le conquistadors espagnols, créèrent cette immense oeuvre sur le terrain ?

nazca3.jpg

Quelques hypothèses

Une des premières théories faites sur les lignes de Nazca fut qu'elles devaient être d'anciennes routes, mais elle fut repoussé après que la zone en questions fut observée d'en haut avec des avions qui la survolèrent entre la fin des années 20 et des années 30. Une autre hypothèse semblable fut qu'il s'agissait de pistes d'atterrissage, mais pour qui ? On peut aussi exclure l'hypothèse que les indiens Nazca marquèrent leur désert à des fins artistiques puisqu'ils n'avaient pas la possibilité de les voir d'en haut. Plus crédible est l'hypothèse de Tony Morrison, un producteur de cinéma, selon qui les lignes de Nazca étaient des Ceques, c'est-à-dire des sentiers tracés pour des motifs religieux. Les principaux faits qui l'amenèrent à une telle conclusion étaient au nombre de deux. Le premier se basait sur un document espagnol remontant à 1653 qui expliquait comment dans la capitale Inca de Cuzco, les indiens édifièrent des sanctuaires le longs des lignes qui irradiaient du temple du Soleil. Donc les tas de pierres liés des lignes Nazca pouvaient être ce qui restait de santuaire. Le second fait, qui rend la théorie encore plus crébile, a pour protagoniste la tribu des Aymarà. Ici Morrison trouva un ensemble parfait de lignes comme celles de Nazca, qui unissaient des petites constructions en pierre utilisée pour des fonctions sacrées, dites sacelles.

Pour l'archéologue Paul Kosok en revanche, les lignes et les dessins servaient pour les obersvations astronomiques.

nazca4.jpg

Mais en 1968, Gerald Hawkins, un astronome de l'observatoire astrophysique de Washington, découvrit des alignements similaires au célèbre monument mégalithique de Stonehenge. Certains résultats furent vraiment interessants, la donnée la plus significative, par exemple, fut l'alignement d'une figure dite le Grand Rectangle avec les pléïades en 610. Cette date coincide avec la datation obtenue au carbone 14 d'un pieu de bois retrouvé sur les lieux. Il faut garder à l'esprit cependant que ceci, comme les autres alignements, démontrer à travers l'ordinateur, peuvent rentrer dans le domaine du hasard.

D'autres hypothèses ensuite prennent les mystérieuses lignes de Nazca comme révélatrices de présence extraterrestre... On n'est donc absolument pas certains du but des lignes de Nazca, mais reste le fait qu'aujourd'hui encore ce haut plateau aride du Pérou cache en son sein quelque chose qui appartient encore au mystère, enseveli depuis des siècles et qui ne verra peut-être jamais le jour.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site