Mystère romain

Itinéraire d'Isis à Rome

La ville de Rome depuis toujours a exercé sur l'homme une certaine fascination, c'est un lieu où l'art et la culture et les anciennes traditions se mélangent entre elles dans un réseau indivisible, mais la capitale d'Italie est une ville "particulière" et mystérieuse à bien des égards et je vous propose ici une visite de Rome sous une lumière différente, en suivant les traces invisibles de la déesse Isis. Le premier lieu de la visite ne peut être que le Colisée dont le véritable nom est l'amphithéâtre flavien, construit par l'empereur Vespasien. Certains disent que le nom colisée provient du fait que ce dernier était une grand temple diabolique et que les sorciers s'adressaient à leur adepte en disant ... : "Colis eum ?" c'est-à-dire "L'adores-tu lui ?".

giftomb.gif

Le Colisée était un lieu de fortes émotions si nous pensons à la morts des hommes et des bêtes féroces et c'est pour cela qu'il représente aussi sans doute un lieu lié à la négativité, dans la tradition populaire du XVIe siècle on pensait que l'arène était le siège de démons et de sorciers. Cellini, raconte, par exemple, dans une de ses biographies, avoir participé aux rituels magiques à l'intérieur du colisée pour retrouver la belle Angélique, jeune femme sicilienne dont il était amoureux.

colosseo3.jpg

Lors de cet épisode, les démons révélèrent à Cellini, toujours selon ses dires, qu'un trésor se trouvait dans les environs de la ville, et on raconte que l'artiste se balladait avec des devins, ou des nécromanciens dans les forums impériaux romains à la recherche, justement, de ces anciens trésors. A quelques pas de là, il y a un autre lieu "mystérieux", un ancien mithreum.

Le dieu Mithra serait né d'une roche le 25 décembre, Natalis Solis Invicti, jour de la naissance de l'invincible soleil et qui coincidera par la suite avec le noël chrétien. La mission de Mithra était claire, sauver l'humanité et pour se faire le dieu devait tuer et répandre sur la terre le sang de l'animal symbole de la vie, un taureau. Le devoir de Mithra était tout sauf facile, certains animaux s'opposant à son entreprise comme le scorpion, le chien et le serpent, symboles du mal, ou mieux du "chaos". Le dieu parvient quand même à tuer le TAUREAU, et de son sang répandu sur la terre naquit la vigne, de sa moëlle le grain et de son sperme les animaux utiles. Le choix des animaux qui s'opposent à la tauroctonie n'est pas fait au hasard en effet les rites étaient célébrés surtout durant l'equinoxe du printemps, justement dans le signe du "Taureau" et la constellation opposée est justement comme par hasard celle du "scorpion".

britishmuseummithras.jpg

La religion mithraïque est donc une religion liée au cosmos et aux saisons, les rites étaient célébrés dans des grottes qui, en plus de leur particularité structurelles, avaient la voute céleste représentée sur leur plafond, et comme on peut le remarqué dans le mithreum en question, sont également présente 11 ouverture, encore une fois pas par hasard car cela représenteraient le bien et le mais dont 7 représenteraient les constellations principales et 4 les saisons.

Parmi les cérémonies de ce culte, on prescrivait à l'adepte un ablution dans des bassins sacrés, assez semblable au baptême chrétien, de plus la partie la plus caractéristique du rituel semblait être le banquet final en mémoire du triomphe de Mithra, où on consommait du pain, de l'eau et du vin, "nourriture" et "boisson" que l'on retrouve aussi dans la culture chrétienne. Bref, dans le culte mithraïque aussi on retrouve les thèmes du "sacrifice", de la "dernière cène'" et de "l'ascension" chers au christianisme. Si le similitude avec le christianisme sont nombreuses, les différences le sont encore plus, en effet la religion mithraïque se base sur la libération de l'adepte et la recherche d'atteindre un lien avec le divin. Ce mythe, pour bien des aspects, rappelle ceux lieux au culte de la déesse mère... autrement dit... Isis !

big-mitreo-san-clemente.jpg

En effet la grotte est l'environnement chtonien typique, du meurtre, dans ce cas du taureau, on a la "renaissance" comme dans tous les cultes liés à la nature, qui meurt et puis renait.

Le jour consacré à la divinité était le dimanche, et les cérémonies duraient environs 12 jours. Les fidèles étaient baptisés, ils recevaient, donc, le signe sacré du feu et prenaient une portion de pain et d'eau.

Et donc voilà, notre premier but romain, le mithreu de l'église de Saint-Clément. Dans le niveau inférieur de l'église nous trouvons un vestibule décorés avec de splendides stucs et puis la chambre, où se trouve un autel orné justement de cette "tauroctonie", un énorme serpent et enfin deux dadophores, l'un avec la torche baissée et l'autre avec la torche relevée pour symboliser respectivement le jour et la nuit, ou mieux le premier Cautes, symbole de l'activité solaire entre le 21 décemre et le 21 juis ; l'autre Cautopales représente le soleil dans la phase descendante. Dans une niche au fond on peut encore apercevoir une statuette du dieu.

mitreo-san-clemente.jpg

Le site de Saint-clément est constitué de trois environnement et d'une nuée de corridors emmêlés : un Triclinium, un pronaos et une environnement où les adeptes apprenaient les 7 vérités avant d'être admis aux mystères proprement dits, lieu qui est facilement observale justement dans la pièce de "l'école mithraïque", où dans les parois sont creusées 7 niches avec représentées dans ces dernières justement les 7 phases à travers lesquelles le catecumène devait passait avant de pouvoir entrer dans le pronaos et le triclinium.

mitreo-sanclemente-086.jpg

Durant la descente vers d'autre pièce, ensuite, on peut entendre un bruit sours d'eau, eh bien, toujours au niveau inférieur de l'église se trouve une source, élément qui ferait encore plus penser à un lien entre le culte mithraïque lié aux saisons et celui de la déesse mère.

mitreo-sotto-la-basilica-di-san-clemente-a-roma3.jpg

Peu connu par le tourisme de masse ce splendide mithreum nous laisse encore respire un air chargé par des siècles de mystères. Poursuivons jusqu'à la proche église de Sainte-Marie in Aracoeli, église dont je vous parlerai plus longuement dans un futur proche et nous arrivons sur la Place Saint-Marc pour suivre les empreintes de la déesse Isis ! Les premiers contacts avec le monde égyptiens, du moins officiellement, furent justement fait en ce qui concerne l'Italie à rome, après la conquête de la vallée du Nil. Les cultes d'origine égyptienne qui s'enracineront plus que d'autres en Italie furent le culte de Serapis, qui serait ensuite Osiris associé au taureau Apis, et celui pluri-millénaire d'Isis.

piazza-san-marco-roma.jpg

"Je suis Isis, la divine, celle qui déteint la magie des enchentements".

Voilà ce que nous trouvons inscrit sur certaines stèles d'époque pharaonique qui décrivent justement la déesse et ses énormes pouvoirs, avec lesquels elle parvient à vaincre le mal représenté par Seth et à réssuciter son mari Osiris grâce aux "paroles de puissance". La déesse peut protéger les enfants des agressions, elle peut dominer les serpents, faire reculer les flammes... Quiconque est en danger peut s'identifier à Horus et demander de l'aide à la Grande Mère.

1271505140-p42149-rome-santa-maria-daracoeli-1.jpg

Elle est souvent représentée avec un visage brun avec un Horus enfant sur son sein, son fils, de part cette iconographie Isis sera, par la suite, confondue avec la Vierge. Les rites d'Isis sont décrit par Ovide dans ses métamorphose et plus particulièrement dans l'Âne d'Or. Voilà donc l'Isis romaine, en effet un buste d'Isis est celui de "Madame Lucretia" caractérisé par le noeud mystique sur ses vêtements et posé à la place Saint-Marc justement, à côté du Palazzo Venezia.

vasi115m.jpg

Il reste désormais très peu de choses du culte d'Isis dans la ville, un sanctuaire dédié à la déesse se trouvait sous sainte Sabine, alors que sur le Quirinal se trouvait une Serapeum, c'est-à-dire un sanctuaire dédié à Osiris et Apis, dont proviennent les statues dédiée au dieu Bes qui se trouve à côté de la porte du villa Palombara. Toujours appartenant au culte égyptien on retrouve les Piedone (grand pied) qui donne son nom à la rue "pie' di marmo" (pied de marbreà ou aussi la figure cynocéphale (à tête de chien) qui à donner son nom à l'église contigue de Santo Stefano Del Cacco (Saint Stéphane (ou Etienne).

sabina1.jpg

dsc-0462.jpg

Mais pour conclure notre voyage parmi les itinéraires d'Isis à rome nous devont nous déplacé sur la proche Piazza Navona. Sur notre chemin vers la place nous rencotrons le très célèbre Panthéon, lieu très controversé, certain le disent construit par Agrippa, d'autres par l'empereur Hadrien, mais il fut de toute façon un lieu de culte de multiples divinité romaine ou non. Juste en face on retrouve l'église de Sainte-Marie sur Minerve, encore une allusion claire à une opération sincrétique de superposition des cultes Isis-Minerve-Marie !

47p.jpg

s-maria-sopra-minerva.jpg

Sur la placette à l'avant voilà un petit obélisque soutenu par un éléphant. Cette oeuvre fut conçue par Bernini, comme nous le verrons sans doute dans un autre articles, ce dernier était très attiré par cette culture égyptienne.

obelisco-minerva.jpg

Le grand artiste fut influencé par une figure plutôt singulière, un des premiers à s'occuper des mystères égyptiens, le jésuites allemand Kircher avec son oeuvre Sphinx Mystagoga. Le Bernin se laissa beaucoup influencer par le Jésuites et de ce lien insolite naquit la splendide oeuvre de la Piazza Navona, la fontaine des 4 fleuves. Dans cette fontaine nous retrouvons diverses connaissances égyptiennes, le Lion, par exemple, emblème solaire et animal sacré d'Osiris, dans le mythe que j'ai déjà évoqué précedemment Osiris est tué par Seth, dont l'animal représentatif est l'hippopotame, eh bien la signification étymologique de hippopotame est "cheval des fleuves" et ainsi du côté opposé au lion on retrouve un cheval avec la crinière au vent qui sort des eaux. la fontaine symbolise donc l'éternel équilibre égyptien entre bien et mal, entre osiris et Seth, entre le lion et l'hippopotame...

fontana-dei-quattro-fiumi-south-side.jpg

Bref l'Egypte "siège" aussi à Rome.

roma.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site