Maya : entre mystères et prophéties

La culture maya était considérée comme la plus importante des culture amérindienne. ses aspects distinctifs étaient les connaissances astronomiques, mathématiques (surtout pour l'utilisation du zéro) et l'urbanisme, associés à l'utilisation d'un calendrier très précis et d'un système d'écriture d'abord ideographique (glyphes) traduit seulement partiellement et puis un système de points et lignes.

Géographiquement le peuple maya occupait la zone du Mexique oriental, la péninsule du Yucatan, le Belize, et certaines zones du Guatemala, de l'Honduras et du Salador. Cette zone est très particulière du point de vue climatique et topographique puisqu'elle va de denses forêts pluviales à des aires de plaines et pourtant ce peuple parvint à créer un grand empire avec d'énormes cité-états. La zone des Mayas comprend de nombreux sites dans lesquels nous pouvons aujourd'hui encore admirer les restes inefables de cette population qui comme les autres populations précolombiennes avait un art de la construction qui laisse perplexe par son extraordinaire précision.

Les historiens ont tendance à diviser l'histoire des Mayas en trois périodes :

  • Période préclassique : de 2000 a.C. à 250 p.C.
  • Période classique : de 250 p.C. à 900 p.C.
  • Période post-classique : de 900 p.C. à 1519, date qui marque l'arrivée des européens et l'extermination successive de la civilisation maya.

On parle beaucoup des Mayas : bons astronomes, bons constructeur et il existe différentes théories sur leur disparition.

Parmi les ville Mayas les plus importantes on retrouve dans la péninsule du Yucatan Chichén Itzà qui était certainement un temple (avec une source) dédié à Kukulcan (ou Kukumatz), c'est-à-dire le Serpent à Plumes, celui que les Aztèques appelait Quetzalcoatl. Le serpent à plumes n'est pas vraiment un dieu, comme on le pense généralement. Il était, selon les populations précolombienne, le porteur de la civilisation, un homme sage avec une longue barbe blanche qui de Aztlan (qui signifie litteralement la terre des hérons), une île dont selon la légende provenaient les Aztèques, amena la culture et la civilisation en Amérique centrale.

ancient-mayan-ruins-chichen-itza-mexico.jpg

Au Mexique, rappelons-nous de Palenque, connue pour son art et ses sculptures qui ont des affinités avec l'Egypte. On prétend en effet qu'il peut y avoir eu une relation entre la civilisation américaine et celle égyptienne ou même, comme le soutient Peter Tompkins, que les pyramides de ces deux cultures aient été construite par la même civilisation.

ville-antique-maya-palenque.jpg

Un des éléments culturels les plus représentatifs de la civilisation maya est le calendriers. En réalité, il existe des théories divergentes à ce propos : certaines sources parlent de deux calendriers : le tzolkin, c'est-à-dire le calendrier sacré, et le haab, c'est-à-dire le calendrier civil ; d'autres sources, qui vont à l'encontre des premières, mentionnent aussi un troisième calendrier, le Tun, destiné aux calculs longs. Le Tun semble apparemment insérer dans le calendrier civil : l'utilisation des calculs longs, en effet, ne peut se faire que sur un calendrier long qui est justement le calendrier civil.

mayan-calendar-solar-round-haab.jpg

Le Tzolkin semble au contraire être un calendrier à caractère divinatoire et rituel, diviser en 13 mois de 20 jours l'un pour un totale de 260 jours. Dans ce calendrier se trouve le concept de jour (kin) et il existe deux types de grandeurs supérieures au jour mais qui n'est comparable ni à notre semaine ni à notre mois. Toutefois un nom pour définir le mois dans le calendrier tzolkin existe : uinik.

calendrier-tzolkin.jpg

Les Mayas avaient un comportement particuliers par rapports aux jours et aux chiffres : ils les voyaient sous un aspect divin. Il y avait des jours considérés comme fastes et d'autres considérés comme funestes.

Par réflexe certaines décisions importantes étaient prises exclusivement certains jours. Le second calendrier, le haab, était par contre composé de 360 jours plus 5.

Le haab correspondait à l'année solaire. Les Mayas connaissaient le fait que l'année solaire était de 365 jours, ils créèrent ainsi ce calendrier en le divisant en 18 période (pop) chacune de 20 jours qui allaient de 0 à 19. Le dernier jour d'un mois (marqué par le numéro 0) était le premier jour du mois suivant. A la fin des 18 périodes on en ajoutait une, composée de seulement 5 jours. Cette période appelée uayeb était considérée comme néfaste.

Comme nous avons pu le constater antérieurement, les Mayas connaissaient le zéro.

Ce peuple calculait avec un système vigésimal, c'est-à-dire en base 20.

Après une période durant laquelle ils utilisèrent les hiéroglyphes, les mayas adoptèrent un système de numération en points et lignes.

Les points marquaient les nombres de 1 à 4, alors que la ligne correspondait au 5. Le zéro était représenté avec un symbole en forme d'oeil. Leur système était additionnel mais aussi positionnel, donc les Mayas pouvaient écrire des nombres de n'importe quelle valeur.

Parmi les glyphes retrouvés et traduits, il y en a un qui exprime l'écoulement du sang. Les mayas avait pour habitudes de faire des sacrifices sanglant qui concernaient principalement le roi et les prêtres qui devaient s'élever et même pratiquer l'autosacrifice.

t-pg453-150.jpg

L'autosacrifice était différent pour les hommes et les femmes : les hommes devaient se perforer le pénis avec des épines et des objets pointus en obsidienne et ils devaient insérer dans les trous pratiquer des tiges de paille ; les femmes, inversément, devaient se perforer la langue et les lèvres. Le rite provoquait un état de trance, du aussi à l'utilisation de certaines substances. La trance permettait d'accéder à la vision du Serpent sacré.

mayan163.gif

Les Mayas pensaient que le sang était un moyen pour créer un lien entre le monde supérieur et le monde inférieur, il était donc une clé pour arriver jusqu'au divin. Le sang et l'eau étaient considérés comme les bases de la vie.

Certains éléments iconographiques utilisés pour indiqués le sang relient la présence de cet éléments avec le représentation des perles.

Les Mayas sous l'aspect religieux et spirituel adoraient dans le Yucatan un "Être Suprême", créateur du ciel et de la terre (comparable sans doute à ce que certain nomme dieu) appelé Haunab Ku, et d'autres divinités dont :

  • Itzamnà : dieu du Soleil et du ciel, de la culture, de la science médicale, de l'agriculture, de l'écriture et du calendrier.
  • Bacab : fils de Itzamnà.
  • Ixchel : compagne de Itzamnà, déesse de la terre et de la lune.
  • Kukulcan ou Kukumatz : c'est-à-dire le Serpent à plume, protecteur des prêtres.

En 1517, Hernandez de Cordoba débarqua dans le Yucatan et ce débarquement fut essentiel pour les populations autochtones. Lui et les autres envahisseurs eurent leur premier contact avec des constructions en pierre. Après la conquête espagnole la culture Maya commença à manifester ses premiers signes de décadence.

hernandezdecordoba.jpg

A l'intérieur du Yucatan se déroulent les premiers affrontements avec les populations indigènes qui ont infligés de lourdes pertes aux Européens, dont la mort d'Hernandez de Cordoba lui-même.

D'autres européens continuèrent leurs actions féroces dans ces zones. En 1562 l'Evêque Diego de Landa continua au nom de Dieu, l'évangélisation et destruction ethnique au travers de meurtres, tortures et destructions de tout ce qui pouvait passer à la postérité. C'est ainsi que moururent ces civilisations mais il est cependant vrai aussi qu'aujourd'hui encore la fin des Mayas reste un mystères car certains soutiennent que les Mayas se sont en réalité transférés dans une autre dimension.

diego-de-landa.jpg

Les seuls livres mayas qui sont arrivés jusqu'à nous sont : Le Codex de Dresde, le Codex de Madrid, le Codex Grolier et le Codex de Paris (les Codex portent les noms des ville dans lesquelles ils sont conservés) et Relacionas de las cosas de Yucatan qui est un essai dans lequel Diego de Landa expose la culture et la pensée des Mayas durant la période de la conquête qui fourni quelques bases de départ pour l'interprétation des glyphes et du calendrier.

codex-tro-cortesianus.jpg

Aujourd'hui, les seuls descendants originels des Mayas sont les Lacandones. Pendant deux siècles et demi les 400 Lacandones ont vécus dans la jungle du Chiapas mais aujourd'hui avec les moyens de communications modernes il s'insèrent petit à petit dans la culture occidentale. Ainsi la culture périt à nouveau.

Les Lacandones qui actuellement vivent dans la forêt du Chiapas au sud du Mexique vénèrent les ruines de monuments construits par les Mayas de l'époque classique. Selon les croyances de ces descendants ces ruines étaient des constructions réalisées par des êtres surnaturels qui appellent k'hu, c'est-à-dire dieux. Ce sont donc les maisons des dieux, mais notre oeil, selon leur croyance, n'est pas capable de voir toute le beauté et ne voit que des pierres.

261377681-nvc6x-l.jpg

En plus de vénérer les ruines des anciens édifices, les Lacandones vénèrent aussi les grandes roches sur les rives des lacs et pour communiquer avec les dieux ils se servent d'encensoirs de terre cuite. Ces pratiques religieuses sont les mêmes que celles utilisées par les anciens Mayas.

Durant certains rites religieux, les Lacandones se peingnent se visage, la tunique et l'encensoir avec de l'Oriana, c'est-à-dire une substance rouge sang extraite du Roucou, pour rappeler les sacrifices humains pratiquer par les anciens Mayas durant l'époque post-classique. Comme je l'ai expliquer précédemment, les Mayas pensaient que le sang était un lien avec le surnaturel. Les Lacandones affirment que "le sang des hommes est l'Oriana des dieux" : les dieux, selon ces croyances, se délecteraient de l'odeur du sang humain.

Les Lacandones portent en eux une forte croyance héritée des anciens Mayas, c'est-à-dire celle de la fin du monde ou plus précisément de la fin de ce monde, de ce temps.

Selon les Mayas il y a eu 5 ères cosmiques :

  1. L'ère de l'eau.
  2. L'ère de l'air.
  3. L'ère du feu.
  4. L'ère de la terre.
  5. L'ère de l'or.

A chaque ère correspondrait une civilisation. Ces époques, avec leurs civilisations correspondantes, se seraient toutes terminées par des cataclismes, parce que la terre subit périodiquement des déplacements de l'axe de la planète. Nous nous serions dans l'âge de l'or (mais en réalité il y a des théories très divergeantes à propos de ces ères) gouvernée par le célèbre Quetzalcoatl et notre ère, selon le calendrier maya, et selon les interprétations, se terminerait entre le 21 décembre 2012 et le 27 septembre 2013.

sfig5.jpg

Selon le chercheur Maurice Coterell la prophétie relative à la fin de notre ère provient du calcul de la prochaine inversion du champs magnétique terrestre, prévue justement pour 2012. Pour cette année, on a prévu un rapprochement entre Vénus et la Terre, et cela provoquera le changement vibrationnel.

Les Lacandones soutiennent que la fin du monde commencera avec l'éclipse solaire qui instaurera le noir total dans leur forêt.

De nombreux Lacandones se sont convertis au christianisme justement parce qu'ils savent que le dernier jour (le xutan) est en train d'arriver et que ce jour là ils désirent rejoindre Jésus dans les cieux. Ils veulent se sauver.

L'un d'entre eux m'a dit un jour : "Je sais que le dernier jour est proche, quand les dieux termineront ce cycle du monde (...) Mon grand-père disait que c'était encore loin, mon père qu'il n'était pas encore proche. Mais à moi les dieux m'ont dit : le Xutan arrive."

sfig11.jpg

En réalité d'autres sources soutiennent qu'à cette date, toujours selon les Mayas, il y aura bien un changement mais le genre humain continuera d'exister : les images catastrophiques décrites dans l'apocalypse (terme qui signifie en réalité révélation) ne seraient autres que les projections de nos peurs, car l'ère actuelle est caractérisée par la peur.

Certains chercheurs affirment que la première civilisation, celle qui correspond à l'ère de l'eau, était l'Atlantide, qui fut détruite justement par l'eau. On prétend que l'Atlantide a été engloutie à cause d'un déplacement de l'axe terrestre il y a environ 10.500 ans. Platon dans le Critias et dans le Timée parle justement de l'Atlantide, une île qui se serait trouvée au-delà des colonnes d'Hercule (mais encore une fois il existe des théories divergeantes sur sa localisation).

En partant des dialogues de Platon, Marco Stefanelli, adaptant un essai de Marco di nunzio, soutient qu'on peut supposer que l'actuelle Amérique fut anciennement colonisée par le peuple atlante, qui était un peuple plus évolué que nous. Il est étrange en effet qu'un peuple comme les Mayas, qui n'avait pas de nombreuses années de civilisation, parvient à atteindre un niveau assez grand d'évolution pour construire des édifices surprenants. Il en va de même pour les Incas et les autres civilisations précolombiennes.

On peut remarquer que les oeuvres les plus majestueuses comme le Sphinx, les pyramides, les statues de l'île de Pâques etc ont toutes une certaine pertinence strucrelle et on se demande si elle ont été créées par les survivants de l'Atlantide ou même qu'elles ont été créées par les extraterrestres. Certains pensent même que l'Atlantide elle-même a été créée par les extraterrestres. De nombreux auteurs suggèrent en revanche que les extraterrestres aient fournis aux égyptiens et aux mayas le système pour construire les pyramides. Les pyramides en effet possèdent des pouvoirs particuliers, par exemple elles vitrifient les oeufs... mais il y a d'autre choses ! Les Mayas avaient des connaissances supérieures, par exemple, ils savaient que la forme des choses influence leur énergie, ils savaient qu'il y a des longueurs d'onde qui voyagent entre les êtres humains et donc nous voyons la réalité matérielle uniquement parce que nous regardons avec des yeux matérialistes.

Tout ceci n'est qu'une toute petite partie des mystères qui entourent la civilisation maya : on ne sait pas d'où ils sont venus et ce qu'ils sont réellement devenus. Peut-être se sont-ils réellement tranférés dans une autres dimension ... !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×