L'âge du Sphinx

Analysons ce que disent les chercheurs West et Schoch ainsi que d'autres à travers les écrit de Colin Wilson.

Le Sphinx est une oeuvre architecturale que l'on doit considérer comme cyclopéenne. Selon les convictions des égyptologies moderne le Sphinx fit son apparition durant l'Ancien règne, sous la forme d'une lion assis avec la tête du pharaon recouverte du "nemes", comme représentation et symbole de la puissance et de la force du souverain, exterminateur des ennemis : c'est le Sphinx qui représente le pharaon Khéphren. Par après tout en conservant sa fonction d'image royale, il fut aussi mis en relation avec le culte solaire et il devint même "Image vivante d'Horis à l'horizon". Son caractère divin l'amena enfin à faire office de gardien et de protecteur des portes des temples et des palais.

00019-1.jpg

Dobecky, le géophysicien qui collaborait avec J.A. West (auteur de la théorie sur l'érosion du Sphinx par l'eau, dont nous parlerons par la suite), fit quelques découvertes interessantes.

Une des méthodes de base pour étudier les strates les plus profondes de la roches consiste en l'utilisation des vibrations. Une lame de métal est insérer en profondeur avec une massue, les vibrations passent à travers la roche et puis reviennent en arrière, l'effet est similaire à celui d'un écho qui est ensuite enregistré par les géophones situé sur le terrain ; les données sont ensuite interprétées par un ordinateur.

Dobecky fit une de ses premières découvertes à quelques mètres de profondeur sour les pattes antérieures du Sphinx, où il semblait y avoir un ou plusieurs chambres souterraines.

mastaba03-6.jpg

Les légendes parlaient de l'existence de chambre de ce type, contenant d'anciens secrets mais en général elles étaient citées par des écrivains un peu trop extravagants. Par exemple dans "Dramatic Prophecies of the Great Pyramid" (Prophéties dramatiques de la Grande Pyramide) de Rodolfo Benevides, publié en 1969, on retrouve le dessin du Sphinx avec une sorte de temple souterrain (les prophéties basées sur les proportions internes de la Grande pyramide parlaient également de petits extraterrestres verts qui auraient attéris en 1970 et qu'un guerre mondiale aurait éclater entre 1972 et 1977).

51f-85fza7l-sl500-aa300.jpg

Une autre des découvertes de Dobecky fut très importante pour déterminer l'âge du Sphinx. Les vibrations peuvent aussi être utilisées pour déterminer les effets des agents atmosphérique sous la surface des roches poreuses. Dobecky découvrit quelque chose de très étrange : sur la partie antérieure du Sphinx on relevaient des effets d'agents atmosphériques jusqu'à une profondeur de 2,5 m tandis que sur la partie postérieure ils atteignaient seulement 1,2 m de profondeur. Donc, en théorie, la partie antérieure devrait avoir des milliers d'années en plus que la partie postérieure. Même en supposant que la partie postérieure date de l'époque de Khéphren (il y a 4500 ans) la partie antérieure devrait avoir le double d'années. et si la partie postérieure a été sculptée bien avant le règne de Khéphren..., alors la partie antérieur doit être encore bien plus ancienne.

Comme vous le savez sûrement la précession, est un mouvement similaire à celui de l'aiguille d'une montre qui pointe vers différentes constellation tout les 2160 ans. Selon la théorie des égyptologues modernes le Sphinx fut construit durant l'Ere du Taureau, mais il semble assez improbable qu'un pharaon utilise un lion pour signaler l'équinoxe durant une ère éronnée, on peut donc penser que le Sphinx ait été construit durant l'ère du Lion, en 10.500 a.C. La tête du Sphinx, en outre, est en de meilleures conditions que le reste de l'énorme oeuvre architecturale et en regardant d'en haut la tête du Sphinx est disproportionnée et donc selon West le visage que ne voyons n'est pas celui d'origine.

Une chose très étrange est aussi que le Sphinx ne se trouve pas sur la ligne des pyramides, c'est étrange car les architectes égyptiens ne laissaient rien au hasard. Une rampe de pierre est déplacée de 14 ° par rapport aux pyramides et une peu plus à droit le Sphinx.

Selon Bauval et Hancock les Egyptiens déplacèrent la rampe et le Sphinx de la ligne de pyramides de façon à ce que le soleil se lève sur la rampe et le Sphinx qui se reflétait à l'horizon avec la tête et les épaules.

Schwaller de Lubicz et l'âge du Sphinx

"Serpent in the sky" (Serpent dans la ciel) de John Anthony West est essentiellement l'étude du travail de l'égyptologue "indépendant", René Schwaller de Lubicz.

51-2qbplrql-sl500-aa300.jpg

Le point central de sa thèse était que la civilisation égyptienne, et en particulier le Sphinx, et plus vieille de plusieurs millénaire par rapport à ce que les historiens pensaient. Schwaller de Lubicz observa que la forte érosion du corps du Grand Sphinx de Gizeh est due à l'action de l'eau et non à celle du vent et du sable. S'il était confirmé ce fait révolutionnerait, à lui seul, toute la chronologie de l'histoire de la civilisation et impliquerait une réevalution drastique du présupposé de "progrès", le présupposé sur lequel se base toute la culture moderne.

schwaller-de-lubicz.jpg

Il serait assez difficile de trouver une autre question aussi simple et avec des implications plus graves. L'érosion du Sphinx par l'eau est à l'histoire ce la convertibilité de la matière en énergie est à la physique. Le problème est que, bien que le dernier chapitre du livre s'intitule "Egypte : les héritiers de l'Atlantide", en réalité, le livre nous en dis bien peu sur ce possible lien. Le commentaire le plus important se trouve dans l'introduction ce qui implique l'absurdité de celui qui s'en sert. Nous ne somme pas en train de parler de l'Atlantide fantastique de Vingt mille lieues sous les mers de Verne, mais simplement du fait que la culture pourrait être beaucoup plus ancienne de ce que nous croyons.

Gurdjieff et le Sphinx

Un penseur ésotérique du XXe siècle : George Ivanovitch Gurdjieff qui en 1914 dit à son disciple Ouspensky qu'il y avait une différence fondamentale entre "art réel" et "art subjectif". L'art réel n'était l'expression pure et simple des sentiments de l'artiste, il est objectivite comme les mathématiques et il produira toujours la même impression sur quiconque l'observe.

gurdjieff1002.jpg

Selon Schwaller c'est exactement là, l'objectif que les Egyptiens voulaient atteindre avec leurs temples, les monuments et les statues. Dans "A New Model of the Universe" (Un Nouveau Modèle de l'Univers), écrit par Ouspensky après être devenu disciple de Gurdjieff, l'auteur disait à propos du Sphinx : "En réalité le Sphinx est plus vieux que l'Egypte historique, de ses divinités et des pyramides qui, à leur tour, sont plus vieilles qu'on ne le croit."

model1.jpg

Mais comment une oeuvre d'art pourrait-elle faire la même impression à tous même si la sensibilité de celui qui l'observe est suffisamment développée ? L'art n'attire-t'il pas l'élément personnel qui est en nous ?

Robert Schoch accepte d'examiner le Sphinx

West remarqua amèrement que les scientifiques avec une mentalité ouverte étaient vraiment peu nombreux. En 1985 un ami de l'Université de Boston lui dit que peut-être il connaissait quelqu'un qui aurait pu l'aider. Il s'agissait de Robert Schoch, géologue de l'Université de Boston, qui selon la présentation de "Who's Who" aurait pu être un défenseur idéal.

A à peine plus de 20 ans il avait publié 4 livres et il était déjà considéré comme un influent stratigraphe (géologue qui étudie les strates de roches sédimentaires) et un paléontogue. Au départ, il semblait évasif, comme les géologues d'Oxford. On conseilla à West de ne pas tenter de le contacter directement car cela aurait pu le fâcher. West recevait des rapports périodiques : Schoch avait été approché, Schoch acceptait d'examiner le matériel, Schoch avait réagi avec scepticisme ... ; après avoir étudié le matériel que West était capable de lui fournir, Schoch commença à exprimer prudemment son intérêt mais il était sur le point d'obtenir un mandat et il aurait été absurde de risquer de le perdre en exposant des idées qui auraient surement déchaîner les foudres des collègues académiciens.

robert-schoch-has-visited-egypt-often-submitted-photo1.jpg

Quelques années passèrent et enfin West se décida à aller à Boston pour le rencondtrer. Il avait emmené un boîte remplie de diapositivesn et après les avoir examinées ils discutèrent du sujet, Schoch expliqua clairement ce qui le préoccupait. Bien entendu il aurait du aller en egypte pour voir tout cela en personne, mais il voulait attendre d'obtenir le mandat avant de le faire. Et finalement il partit en avril 1990. Deux mois après ils étaient au Caire. West était très tendu alors qu'ils s'approchaient du site de Gizeh, en un certain sens il s'attendait à ce que Schoch trouva une erreur quelconque qui aurait démolit toute sa théorie.

A première vue, il ne remarqua rien qui puisse détruire l'hypothèse de l'érosion par l'eau. Les murs de roches calcaire qui protégeait le Sphinx sur deux côtés montrait la forme ondulée typique de l'effet de la pluie. Schoch voulait étudier le tout de manière approfondie avec l'aide d'un géophysicien et avec des appareillages smismographiques modernes. Il est probable que la pierre dans laquelle a été sculptée la tête du sphinx soit un gros éperon rocheux qui se dressait à côté du Nil. Selon Schoch la roche avait été sculptée dans passé lointain quand la zone n'était pas encore désertique.

jaw-door.jpg

Il semblait que le corps avait été ajouté dans un second temps. Les constructuers creusèrent autour, dans le calcaire le plus meuble, se créant ainsi un espace pour travailler entre les deux parois. Les grands blocs qui déplacèrent (200 tonnes chacun), furent utilisés pour construire deux temples devant le Sphinx. Deux temples dont le style peut être défini comme cyclopéen. Les constructeur utilisèrent des blocs énormes (alors qu'il aurait été bien plus simples de travaillé avec une douzaine de blocs plus petits) pour ériger des structures simples et dépouillées comme Stonehenge (qui fondamentalement n'est quand même pas si simple).

templeba.jpg

Le pas suivant fut de sculpter le massif rocheux qui aurait formé le corps du Sphinx et qui aurait été long de 73 m et haut de 20 m, comme un édifice de 6 étages. Du point de vue des descendants c'est quand même dommage que le Sphinx tout entier n'ait pas été sculpté dans le même type de roche car ainsi le corps a été bien plus érodé que la tête et les épaules.

L'actuel dommage à la tête du Sphinx fut causé en 1380 par un cheik arabe fanatique et puis par les Mamelouks qui l'utilisèrent comme cible.

Quelles preuves avons-nous de l'âge du Sphinx ? Etrangement Hérodote n'en parle pas et on doit donc supposé qu'il était couvert par le sable quand il visita l'Egypte en 450 a.C. environ, où l'éperon de roche ressemblait si peu à un visage qu'Hérodote ne le remarqua même pas.

egittox.jpg

Quand le sable recouvrait le Sphinx jusqu'au cou, il fut enlevé en 1817, on découvrit alors un petit temple entre ses pattes. Il contenait la statue d'un lion et trois stèles. La date des stèles qui se trouvait sur la poitrine du Sphinx appartenait à l'époque du roi Toutmosis IV qui monta sur le trône en 1425 a.C. La stèle principale racontait que, durant une partie de chasse le roi Toutmosis IV s'était endormi près du Sphinx qui était la demeure du dieu Kheper, une forme de Ra, dieu du soleil et créateur de l'univers, qui lui parla en rêve lui demandant d'enlever le sable qui le recouvrait. Toutmosis en fit ainsi et on lui avait également demandé de restaurer le corps du Sphinx.

Il semblerait que ces mêmes opérations aient déjà été accomplies par le passé. Sur la même stèle figurait le nom du Pharaon Képhren, mais de nombreuses phrases sont illisibles et donc leur signification n'est pas claire.

Sir Gaston Maspero supposait que Képhren aussi avait fait retirer le sable et que probablement il avait aussi fait restaurer le Sphinx, les restaurations de la partie postérieure remonte à l'Ancien Règne, et ont durés environ 450 ans, de 2575 à 2130 a.C. Il devient alors logique de se poser une question : si le Sphinx avait été érigé par Képhren vers 2500 a.C. environ, pourquoi aurait-il fallut le restaurer totalement après à peine 350 ans ? il était bien protégé et il est sûrement resté presque toujours enseveli sous le sable.

gaston-maspero.jpg

Le Dr. Zahi Hawass, responsable du Musée du Caire et ferme adversaire de West, soutenait que la roche calcaire dont avait été faite le Sphinx était de si mauvaise qualité que l'érosion par les agents atmosphériques commença quans l'oeuvre fut terminée. Ce à quoi West répondait qu'il y aurait eu une érosion d'environ 30 cm tout les 100 ans et que dans ce cas le Sphinx aurait totalement disparu il y a environ 5 siècles. Toutefois, si Maspero avait raison, alors Képhren s'était contenté de faire restauré le Sphix après l'avoir remis en lumière. Maspero de fait dit que cela démontrait que le Sphinx était déjà couvert de sable au temps de Khéops (Khufu) et de ses prédécesseurs.

zahi-hawass-with-hat-4.jpg

Les égyptologues du XVIIIe siècle pensaient en effet que le Sphinx était bien plus ancien que les pyramides. Seulement au XXe siècle les égyptologues, en se basant sur le fait que le nom de Képhren comparait sur la stèle de Toutmosis IV, ont établi que le Sphinx fut érigé par Képhren et que la tête sculptée est le portrait du Pharaon. Ils arrivèrent à cette conclusion en se basant sur les mêmes éléments qui portèrent Maspero à penser que le Sphinx était bien plus vieux que les pyramides. La plus grande partie du Sphinx est sous le niveau du terrain environnant, donc celui qui l'avait érigé devait avoir penser qu'il allait être recouvert par le sable (il semblerait que cela ait pris environ 20 ans). Peut-être qu'alors, quand le Sphinx fut érigé le Sahara était une terre verdoyante : ce qui expliquerait l'érosion du Sphinx par l'eau.

Nous savons que fut un temps le Sahara n'était pas un désert mais une terre fertile qui s'est transformée au cour des millénaires. On ne sait pas jusqu'à quand ce fut une terre verdoyante, vraisemblablement jusqu'à 3500 a.C. environ. Il est possible qu'il l'était encore à l'époque de Képhren. Toutefois, en supposant que le Sphinx ait été érigé par Képhren dans le "vert" Sahara de 2500 a.C. on n'explique toujours pas pourquoi il a été restauré après aussi peu de temps.

Qui a sculpté le Sphinx ?

La plupart des égyptologues soutiennent que le Sphinx a été érigé durant le règne du Pharaon Kafre (Képhren), c'est-à-dire en 2500 a.C. Toutefois les scientifiques qui ont mené une sérié d'études sans précédents sur le site de gizeh affirmèrent que leurs preuves démontrent que le Sphinx éxistait bien avant que Kafre ne prit le pouvoir. Si on s'en tient aux preuves, Kafre se serait limité à faire restaurer le Sphinx.

Selon Schoch il remonte à une période comprise entre 5000 a.C. et 7000 a.C., il serait donc le plus ancien monument d'Egypte, avec plus de deux fois l'âge de la Grande Pyramide. L'archéologue californienne Carol Redmount, experte d'oeures égyptienne, affirme en revanche : "C'est impossible que cela soit vrai". La population qui vivait dans cette région n'avait pas les moyens technologiques adéquats ni l'intention d'édifier une pareille structure.

00021.jpg

D'autres égyptologues disent ne pas être capable d'expliquer les preuves géologiques mais insistent simplement sur le fait que la théorie n'est pas compatibles avec l'énorme travail de recherche archéologique effectué dans la région. Si les géologues ont raison, beaucoup de ce que les égyptologies pensent connaître serait érroné. Il semblait donc que des preuves existent sur le fait que le Sphinx puisse être bien plus ancien de ce que l'on pense généralement.

Gurdjieff donnait une grande importance au concept d'alchimie ; dans son oeuvre la plus importante, "Beelzebub's Tales to his Grandson", (Les Contes de Belzébuth à son Petit-Fils), il explique que ce que nous appelons généralement alchimie, est une "grande science" connue par les Anciens avant que l'homme ne commence à dégénérer. dans le livre Gurdjieff fait expliquer par Belzébuth, créature supérieur provenant d'un système solaire dans la Voie Lactée, que l'Egypte était à l'origine peuplée de survivants de l'Atlantide, détruite par deux catastrophes naturelles et que le Sphinx et les pyramides de Gizeh furent édifiées par les habitants d'Atlantide.

73225eeb-ee49-44ee-b194-efa9f441e4b3-img100.jpg

Quelques temps plus tard, plus ou moins à l'époqie de l'Egypte dynastique, un cataclysme spirituel qui fit dégénérer l'homme eut lieu. L'homme commença à voir dans le monde matériel la seule réalité existante et à croire que le monde spirituel était uniquement le reflet du monde matériel.

Tout cela rappelle les théories de Schwaller selon lequel le gendre humain provient d'une race de géant, qui aurait dégénéré vers un niveau semi-animal. Paradoxalement l'intérêt de Schwaller pour l'âge du Sphinx et des autres monuments égyptiens n'était rien d'autre qu'une conséquence de son intérêt pour l'alchimie et de ses convictions sur l'évolution du genre humain.

Il pensait avoir trouvé en Egypte ancienne un façon de penser complètement neuve, une modèle de pensée qui ne peut être exprimer dans le concept analytique du langage mais uniquement démontrer avec des mythes et du symbolismes.

Cette connaissance comprenait aussi cette technologie sophistiquée qui permis de déplacer et de superposé les blocs de pierre de 200 tonnes avec lesquels furent érigés les temples du Sphinx.

En quelques mots, Schwaller pensait que les égyptiens avaient hérité l'ensemble de leur connaissances d'une civilisation plus ancienne, dont le mode de pensée était fondamentalement différent par rapport à celui de l'homme moderne. Il pensait que le secret de ce système de connaissances était caché dans l'Egypte ancienne. Schwaller ne voulait pas compromettre la réputation de ses recherches mathématiques sur le temple de Luxor, et pour cette raison il ne voulut pas être trop précis en rapport avec son opinion sur l'âge du Sphinx mais dans "La Théocratie Pharaonique", dans le chapitre sur les légendes de la préhistoire égyptienne, il parle d'ancienne traditions qui se situaient à une époque durant laquelle le delta du Nil n'existait pas encore, c'est-à-dire avant que le Nil ne transporte les tonnes de boues qui aujourd'hui en forment estuaire. Il dit clairement ne pas croire que le Sphinx ait été submergé par la mer, toutefois, en lisant cette phrase John Anthony West fut marqué par le fait que cette notion (d'érosion de la part de l'eau) devrait être scientifiquement démontrable. Il exprima son opinion en 1978 dans "Serpent in the Sky" (Serpent dans le Ciel), une étude sur Schwaller et sur l'ancienne Egypte.

le-roi-de-la-theocratie-pharaonique-1170632-250-400.jpg

Durant la décennie successive il tenta de susciter l'intérêt des chercheurs. Par exemple il demanda à un géologue d'Oxford de se prêter à une expérience : il lui montra une photo du Sphinx ou la tête et les autres caractéristiques avait été cachée par du ruban adhésif, cela ressemblait à la photo d'un fragment de roche. Le géologue répondit sans hésiter qu'il s'agissait d'érosion faite par de l'eau. West retira le ruban adhésif faisant voir la tête et les pattes du Sphinx ; le géologue surprit refusa tout commentaire, il se justifia en explicant qu'il n'était pas un expert du désert. D'autres chercheurs auxquels West avait écrit ne répondirent même pas. Ce ne fut qu'après de longues années qu'il parvint à trouver un géologue connu qui accepta de se rendre en Egypte. C'était le début d'une phase importante dans la recherche de l'Atlantide.

Schoch accepte que l'érosion du Sphinx soit d'origine aquatique

West devait donc prouver que Maspero et les autres experts du XVIIIe siècle avaient raison et que le Sphinx était déjà un monument ancien aux temps de Képhren. En démontrant que le corps du Sphinx et le mur de clôture avaient subi l'érosion de l'eau et non celle des tempêtes de sable, il aurait ainsi fait un pas en avant très important dans cette direction.

La première tâche de West était celle de trouver les fonds nécessaire pour amener un groupe d'experts en Egypte. Boris Said, un producteur vidéo, coordonnait le projet. Parmi les collaborateurs se trouvait le géophysicien Thomas L. Dobecky, deux autres géologues, un architecte et un océanographe. Après une interminable lutte avec les autorités locales ils obtinrent l'autorisation de faire les fouilles.

A présent que Schoch pouvait étudier le Sphinx de plus près, ses doutes disparurent. Si le Sphinx avait le même âge que le site de Gizeh, comment expliquer l'action des agents atmosphérique ? Les tombes environnantes remontaient à l'Ancien Règne mais elles ont été touchées de façon bien moindre. De plus il était clair que la détérioration des tombes devait être attribuée aux tempêtes de sable. Il était évidant que le Sphinx devait être plus ancien. L'effet du vent sur les autres tombes fournit un moyen de comparaison. Les roches calcaires sont des roches sédimentaires composée de particules collées ensembles. Il est bien connu qu'il s'agit d'une formation de strates semblables à celle d'une tarte. quand le sable soulevé touche un côté de cette "tarte à strates" les strates les plus faibles se consume formant des indentations, le résultat est une série de strates parallèles au profil irrégulier.

Quand une surface de pierre est érodée par l'eau, l'effet est complètement différent. Les rigoles de pluie creusent des canaux verticaux dans la roche sur la surface et forment des protubérances arrondies, semblables à une file de petite colline. Le groupe des chercheurs s'accordaient tous à dire que tant le corps du Sphinx que le mur environnant avaient subi l'effet de l'eau puisque leur surface ne présentait pas l'aspect homogène de l'action du vent.

erosion.jpg

Les deux temples devant le Sphinx connus comme Temple de la Vallée et le Temple du Sphinx sont des démonstrations supplémentaires de cette thèse. S'ils n'avaient pas été restaurés ils auraient montrés les mêmes signes d'érosion que le Sphinx et le mur. Toutefois des preuves évidentes montrent que les temples furent restaurés par les anciens égyptiens qui décidèrent de prévenir les domages ultérieurs en les protégeants avec des plaques de granite, dont bon nombres furent enlevées par les générations successives pour construire des habitations.

Les parois externes laissées à découvert étaient si irrégulière que n'importe quel architecte digne de ce nom aurait eu honte. Evidemment ces murs avaient été gravement endommagés par les agents atmosphérique, tout comme le Sphinx, et pour les restaurer il fut nécessaire de les modifier pour obtenir une superficie suffisamment plate, mais puisqu'ils auraient été recouverts de granite peu importait leur aspect.

Quand la couverture en granite a été enlevée, on a découvert que l'aspect irrégulier ds blocs de calcaire avait été produits par les mêmes agents atmosphériques qui ont endommagé le Sphinx et le mur. la façade interne de certaines plaques de granite avait été sculptée de façon à l'adapter à la forme érodée de la pierre calcaire. Celui qui restaura les temples, les trouva très érodés par l'eau, ces reliques d'une ère cyclopéenne passée se dressaient isolées, exception faite du Sphinx, sur un haut-plateau désertique.

Les temples devant le Sphinx faisait naître un autre problème ignorés par les égyptologues "orthodoxes". Leur architecture est plutôt différente de celle de la plupart des temples égyptiens, caractérisés par des colonnes circulaires et ornésde piliers rectangulaires surmontés de blocs semblables, sans décorations qui rappellent une époque complètement différentes, certainement pas celle des grands temples égyptiens.

Schoch présenta sa théorie à San Diego suscitant l'intérêt de la presse internationale ; sur base de ses suppositions le Sphinx serait deux fois plus vieux que ce qu'on lui attribue généralement, c'est-à-dire qu'il aurait 9000 ans.

Près des pyramides à degrés de Saqqara il y a des tombes qui furent construite avec des briques d'adobe une centaine d'années avant la Grande Pyramide. West fait remarquer qu'elles ne semblent pas avoir subit l'action des agents atmosphériques qui ont endommagés le Sphinx, et pourtant elle se trouvent à 15 km de distance à peine et donc elles subissent les influences du même climat ; en outre le matériau dans lequel elles ont été faites est beaucoup moins résistant. Pourquoi ne sont-elles pas érodées comme le Sphinx ?

Quand Schoch présenta son cas à l'American Association for the Advancement of Science, Mark Lehner fut choisit comme représentant de l'opposition. Voici la désormais célèbre objection de Lehner : Si le Sphinx a été érigé, aux alentours de 7000 a.C., par une civilisation plus ancienne par rapport la celle d'Egypte, qu'est-il advenu de leurs restes ?

lehner03.jpeg

West n'eut pas l'autorisation de participer au débat car il n'était pas académicien accrédité, il devait écouter assis parmi le public. Toutefois, par la suite, il n'hésita pas à faire remarquer que le comportement de Lehner était absurde. Schoch et lui avaient démontré preuves à l'appui que le Sphinx était plus vieux que les tombes environnantes. Lehner devait réfuter leur thèse et non pas demander des preuves ultérieures que n'avaient pas encore été trouvées. C'était comme s'opposer au projet de Magellan de circumnaviguer le monde en disant que celui-ci n'existait pas. Schoch était, selon Lehner, un incompétant. Selon Lehner les strates du Sphinx s'étendent sous les tombes, voilà pourquoi ces dernières sont faites avec un type de calcaire différent, bien plus résistant aux agents atmosphériques. Si c'était vrai, la théorie de Schoch s'écroulerait.

Quand la BBC décida de présenter le programme de Schoch et Boris Said, un expert indépendant fut chargé d'établir si Lehner avait raison. L'expert étudia attentivement une tombe à une centaine de mètre du Sphinx qui remontait sûrement à l'époque de la pyramide. Il découvrit que les tombes étaient faites avec le même type de roche fragile dont était fait le Sphinx et qui contenait exactement le même type de fossiles. La strate de la tombe était la même que celle du Sphinx. Il s'agissait d'une importante victoire pour Schoch et West.

C'était au tour de Lehner et du Dr. Hawass du Musée du Caire d'expliquer pourquoi les tombes étaient moins endommagées que le Sphinx, que son mur de protection et que ses temples.

Frank Domingo déclare que le Sphinx n'est pas Képhren

C'est après la découverte d'une statue intacte de Képhren que les égyptologues établirent que le visage ressemblait beaucoup à celui du Sphinx, une autre statue représentait même le pharaon sous forme de Sphinx. Au sommet de la contreverse qui suivit la conférence géologique de San Diego, Mark lehner attaqua West dans la revue où furent plubliée une image informatisée du visage du Sphinx et une photographie du visage de la statue de Képhren retrouvée dans le Temple de la Vallée. Les images furent superposées selon Lehner cela démontrait que le visage du Sphinx était celui de Képhren. Selon West c'était absurde : le Sphinx ne ressemblait pas du tout à Képhren. Mais de toute façon les morfings informatiques font toujours sensation. Le producteur Boris Said eut une brillante idée : demander la collaboration d'un dessinateur de la police spécialisé en reconstitution faciale. Ils demandèrent qui était le meilleur à New York et il découvrirent le détective Frank Domingo, depuis de longues années au service de la police de la ville. Le talent de Domingo était connu de tous et sa colloboration fut souvent demandée par des archéologues et des historiens. L'artiste-policier se base simplement sur la description faite par le témoin, la ressemblance des portraits est parfois si surprenante qu'elle laisse à penser à un lien télépathique. Toutefois, dans un cas comme l'identification de Képhren, une grande précision scientifique était suffisante.

kephrensphinx.jpg

Quand West demanda à Domingo s'il était disposé à aller à Gizeh pour établir si le visage du Sphinx était le portrait de Képhren, ce dernier après avoir régler quelques détails accepta. Domingo partit donc pour la Caire, il pris de nombreuses photos du Sphinx et de la statue de Képhren au Musée du Caire. Il conclut que le menton du Sphinx était beaucoup plus proéminent de celui de Képhren. De plus la ligne qui reliait l'oreille et l'angle de la bouche du Sphinx avait une inclinaison de 32°, une ligne similaire sur le visage avait une inclinaison d'à peine 14°. Ces dernières plus d'autres différences amenèrent Domingo à la conclusion que le Sphinx ne pouvait certainement pas être le portrait de Képhren.

sphinx-17.jpg

Y-a-t'il un secret sous les pattes postérieures du Sphinx ?

Des chercheurs se posèrent la question de savoir où se trouvait le point vernal (en astronomie, on indique avec ce nom le premier point du Belier ou équinoxe du printemps ou point G) en 10550 a.C., et ils découvrirent qu'il se trouvait exactement à 111,111 degré à l'est par rapport à la position occupée en 2500 a.C. Alors il se trouvait en correspondance avec la tête des Hyades - Taureau près de la "rive droite" de la Voie Lactée ; 8000 ans auparavant il se trouvait sous les pattes postérieures de la constellation du Lion.

Si ce point à une copie terrestre, il pourrait suggérer l'existence d'une quelconque secret, jamais découvert, sous les pattes postérieures du Sphinx. Le texte du sarcophage par de quelque chose de scéllé dans l'obscurité, entouré par le feu qui contient les émanations d'Osiris et se trouve à Rostau.

Peut-être ce quelque chose de caché, dans une chambre sous les pattes postérieures du Sphinx, est un trésor qui transformera notre connaissance de l'Egypte ancienne ? Edgar Cayce (dont je parlerai certainement encore dans d'autres articles) predit la découverte de la Salle des Mémoires sous le Sphinx vers la fin du XXe siècle et Graham Hancock et Bauval se posèrent la question de savoir si cette dernière avait été inspectée par le groupe des égyptologues officiels, les seuls à qui il est permis de s'approcher du Sphinx.

Texte écrit sur base du livre : "De l'Atlantide au Sphinx" - Colin Wilson.

9782753801585.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site