Eldorado

Ville mystérieuse ou piège ?

C'est un véritable piège à touristes. Dans tous les hôtels de Bogota, en Colombie, est exposé un panneau qui invite les touristes à visiter l'Eldorado. Le coût du voyage en taxi vert (un service public réservé aux excursions touristiques) n'est pas très élevé, mais si vous décidez de l'entreprendre vous risquez d'être déçu. Ce que les chauffeurs vous montrerons après vous avoir accompagner à trois/quatres heures de la ville, n'est pas la légendaire cité d'or, mais bien un lac appelé Guatavita. Et pour couronner le tout il ne s'agit pas d'un vrai lac, mais d'un plan d'eau artificiel créer par une digue sur le fleuve Tominè. Même le village de Guatavita n'est pas "vrai" ; c'est en effet une reconstruction moderne en style "Porto Cervo" d'un petit centre qui à présent se trouve sous les eaux du bassin.

laguna-de-guatavita.jpg

Le véritable lac de Guatavita vous expliquera le chauffeur se trouve "plus haut", à quelques heures de marche ; "de toute façon" continuera votre guide "il n'est pas particulièrement interessant à voir". Et en effet il ne l'est pas : après une longue montée rendue encore plus difficile par l'air qui se raréfie sur le haut-plateau andin vous pourrez voir un petit lac bien moins spectaculaire que celui de Carezza et bien moins inquiétant que celui de Bolsena. Et pourtant c'est ici que se célébrait, il y a des siècles, le rite de l'El Dorado, "Le doré" ; une cérémonie suggestive et qui, effectivement, impliquait le sacrifice d'une certaine richesse, et qui toutefois ne justifiait pas les incroyables efforts et l'énorme épandange de sang qu'il parvint à déclencher en quelques décennies.

laccarebol.jpg

L'homme doré

Dans les territoires aujourd'hui occupés par la Colombie, le Pérou, l'Equateur, l'or était un matériau, pas vraiment commun, mais certes moins rare qu'en Europe. Plus que pour sa valeur monétaire (déterminée par l'abondance plus ou moins grande d'un produit) il était apprécié tant pour sa beauté intrasèque que pour sa signification symbolique. En combinant les 4 éléments (la roche aurifère, c'est-à-dire la terre, l'eau, le feu et l'air), la matière brute peut se transformer en métal scintillant ; ainsi l'homme aussi, en exploitant correctement les forces de la nature, peut passer du stade primitif à celui d'être supérieure. Pour symboliser ce passage le Zipa, grand prêtre de la tribus des Chibcha, interprétait une singulière cérémonie. Complètement nu, il était recouvert d'une résine spéciale appelée Varniz de Pasto ; on lui soufflait de la poussière d'or dessus au moyen d'une petite sarbacane. Ainsi resplendissant et doré (d'où le nom de El Dorado) il rejoignait le centre du lac Guatavita et il s'y immergeait quand le soleil était à son zénith ; à ce moment là ses sujets jetaient dans les eaux des ex-voto en tout genre, souvent réalisés en or...

1-1277502133-tiny-golden-raft-represents-an-el-dorado-offer.jpg

La légende

C'était en 1520. Le Conquistador Hernan Cortez, revenu en Europe après la conquête du Mexique, avait décrit au roi d'Espagne la magnificence des trésor de Montezuma : "Un disque en forme de soleil, grand comme la roue d'un char et d'or très fin ... Vingts canards d'or de facture exquise ... Ornements en forme de chiens, de tigres, de lions, de singes". Un inventaire qui semblait inépuisable et qui fit naître la conviction qu'il existait une terre ou l'or était aussi commun que la roche. Parallèlement, la nouvelle d'un "homme d'or", l'Eldorado, commençait à s'agrandir et à prendre des proportions de légende. Bien vite la rumeur qu'en Amérique du Sud ou en Amérique Centrale il existait une territoire appelé Eldorado où le route et les toits des maisons était recouverts du précieux métal commença à circuler. Entre 1529 et 1616 six expédition (guidée par Ambrosius Dalfinger, Nicolaus Federmann, Georg Hohermuth, Sebastian Belalcazar, Gonzalo Jimenez de Quesada et Walter Raleigh), partirent à la recherches d'inexistantes cités d'or (à l'Eldorado s'était ajoutée Ma-Noa, mythique "iles dans un grand lac salé").

eldorado.jpg

Des centaines et des centaines d'Indiens d'Amériques furent torturés et tués pour qu'ils révèlet ce qu'ils ne savent pas ; des centaines de conquistadores perdirent en vain la vie dans la forêt ou sur les imperméables sentiers andins. Et le rêve de l'Eldorado continue même à l'époque plus récentes. En 1927, le colonel Percy Fawcett périt mystérieusement dans le Mato Grosso (Brésil) durant la recherche de la mystérieuse Zeta, une ville situé au sommet d'une montagne que l'explorateur anglais identifiait non seulement comme le règne de l'Homme Doré, mais aussi comme une colonie avancé de la célèbre et mystérieuse Atlantide.

percyfawcettetz.jpg

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×