Archéologie de l'astrologie

Préface

 

Si on interroge un quelconque astrologue moderne sur certaines questions, nul doute qu'il se trouverait dans l'incapacité de répondre, ou alors il devrait admettre que, scientifiquement parlant, rien n'est plus absurde que les prémisses sur lequel repose son travail.

Mais si ceci est vrai, pouruoi des milliers de personne de part le monde continue à tirer des réponses de la position des étoiles et que d'autres millions lisent avec avidité ces bêtises ?

c'est ce ue nous découvrirons en lisant cet article, et nous compredrons surtout pourquoi les détracteurs de l'astrologie ne seront jamais capables de l'effacer ou de la réduire au rang de superstition aveugle. En effet l'astrologie a un mérite ineffaçable : elle fonctionne en grande partie !

Le système géocentrique

 

Nous savons tous que la Terre tourne autour du Soleil, qui n'est qu'une parmi les milliards d'étoiles, il est juste une petite étoile de la périphérie, autour de laquelles ne tournent que peu de planète. Les scientifiques s'interroge sur la façon dont est né ce système solaire, et bien sûr il en va de même pour la génèse de l'univers tout entier. Les théories sont nombreuses, parfois en opposition. Mais aucune ne pourrait mettre la Terre au centre d'un quelconque système.

Nous touchons donc immédiatement de la main la première et la plus évidente contradiction à laquelle l'astrologue devrait répondre. Et ce parce que celui qui s'approche un peu pour découvrir comment fonctionne le "jouet horoscope" découvre en premier lieu qu'il est basé sur le système géocentrique, il prétend donc que la Terre est au centre d'un système, et que non seulement la Lune et les planètes tournent autour, mais même le Soleil lui-même, et à la limite même quelques entités inconnues comme Lilith, la lune noire, ou les noeuds lunaire ou l'Ascendant.

geocentrismo.jpg

Donc, à peine certifiée l'absurdité de la préface, de nombreuses personnes rationnelles et cultivées, comme de nombreux scientifiques, et pas uniquement des astronomes, ne font rien d'autre qu'hausser les épaules et taxer d'escrocs ceux qui s'occupe de ces choses, et de naïf ceux qui y porte un peu d'intérêt.

D'autre part de nombreuses autres personnes, parmi lesquelles des personnes cultivées, s'approchent des horoscopes avec le scepticisme initial dû, mais restent par la suite intéressées et fascinée, même si elles ne sont pas totalement convaincue.

Essayons alors d'expliquer sur quoi se base le Zodiaque et comment à partir de ce dernier on peut déterminer l'horoscope, en partant justement de ce système géocentrique.

Quand les premières civilisations en était à leurs débuts, les êtres humains passaient énormément de temps à admirer le ciel étoilé. C'est vrai : ils devaient chasser les animaux avec difficulté, soigner les chèvres, cuire les premières briques, tanner les peau, ... et leur moyenne de vie tournait peut-être aux alentours des 30 ans. Mais la nuit, et les nuits étaient souvent longues et limpides, ils n'avaient pas grand chose d'autre à faire. Ainsi ils se sont aperçus (si ce n'était pas déjà une connaissance antique, précédent le genre humain et qui lui aurait d'une quelconque façon été transmise) que le ciel n'était pas une ensemble chaotique et indéterminé de lumières palpitantes, mais que chacune de ces lumières bougeait selon des règles bien définies, de façon extraordinairement exacte, au point qu'on pouvait s'en servir comme montre et comme calendrier, pour donner un rythme à toutes les activités humaines.

Il n'est pas intéressant de parcourir à nouveau ici toute l'histoire de l'humanité, mais plutôt de focaliser notre attention sur certaines situations extraordinaires qui caractérisent le ciel étoilé "vu de la Terre".

Dans notre ciel nocturne on voit des étoiles fixes et des planètes. Pour les anciens, mais aussi pour les astrologues, les étoiles fixes sont celles qui maintiennent une certaine position toujours à la même distances d'autres étoiles fixes. De cette faon les liens apparents peuvent se regrouper en dessins facilement mémorisables : les constellations. Même les astronomes par habitude ont recours au terme de "constellation", bien conscient du fait que ces regroupements sont possibles uniquement du point de vue d'un observateur terrestre, et que les mêmes étoiles observées, par exemple, de la lune, se relieraient dans un rapport différent nous faisant percevoir des dessins totalement neufs. Les contellations ne sont donc rien d'autre que des "illusions d'optiques".

De toute manière, des constellations, les anciens en "dessinèrent" sur toute la voûte céleste, en leur donnaire des noms fantastiques d'animaux réels ou imaginaires et de personnages de la mythologie. Nous aussi êtres modernes si nous regardons le ciel à l'oeil nu, même si nous somme peu entraînés et avec la difficulté des cieux qui sont peu clairs et pollués, nous parvenons encore à distinguer la grande Ourse ou la Croix du Sud !

Maintenant les anciens observèrent que les constellations se déplaçaient lentement sur la voûte, de façon telle qu'elles jaillissent, traversaient la voûte et enfin elles se "couchaient", pour réapparaître le jour suivant ; les constellations cependant ne répétaient pas leur voyage de façon identique, mais elles variaient légèrement leur position chaque jour, au point que certaines disparaissaient pour quelques mois et révenaient ensuite avec le retour des saisons, de façon telle que le ciel estival et le ciel hivernal apparaissaient comme totalement différents.

Les planètes apparaissaient avec des caractéristiques différentes. C'étaient elles aussi des petits disques lumineux, de grandeur différente, qui traversaient la voûte celeste. Cependant elles étaient autonomes, car elles n'avaient pas de liens stables ni entre elles ni avec les constellations. Ainsi leur mouvement apparent semblait être un voyage que la planète entreprenait en traversant les constellations.

La chose extraordinaire qui se passait ensuite c'est que ces planètes ne bougeaient pas n'importe où dans le ciel, mais seulement dans une "bande" déterminée, pratiquement comme une véritable route, de laquelle, comme des voitures modernes, elles ne devaient pas sortir. Cette "route" sur laquelle les planètes semblait voyager fut appelée Zodiaque.

Avant de continuer rappelons qu'avec le terme planète nous indiquons également un satellite, la Lune, et une étoile, le Soleil. En effet, tout comme les autres planètes, vus de la Terre, ces deux corps célestes semblent lui tourner autour (et la Lune le fait effectivement), et ils traversent donc le Zodiaque.

Les observations les plus importantes concernaient le Soleil : non seulement dans son mouvement apparent ce corps céleste tournait avec régularité autour de la Terre, sans jamais donné l'illusion de reculer (ce que font au contraire les autre planète à l'exclusion de la Lune), mais il avançait de façon tel à occuper tout les mêmes points (solstices, equinoxes) chaque années avec le même rythme (tous les 90 jours), et en ayant traversé avec une régularité quasi parfaite les constellations du Zodiaque qu'il semblait y avoir sur le fond. Donc le tour complet du Soleil semblait durer 360 jours ou à peine plus.

Nous ne savons pas si c'est de ces observations que vint la décision de subdiviser le Zodiaque et tous les autres cercles en 360 degrés, ou s'il existait une motivation pré-existantes pour subdiviser les espaces circulaires en 360 espaces, et de compter avec un système basé sur l'utilisation de nombre comme le 6 et le 12 ainsi que leurs multiples, totalement inadapté à des comptes rapides pour une espèce comme la notre qui a 10 doigts et qui préfère par conséquent le système décimal, nous ne pouvons pas le savoir.

Notons cependant que :

  1. Le zodiaque est composé de 12 constellations.
  2. Chaque constellation (signe zodiacale) occupe 30 dégrés.
  3. Le soleil traverse chaque en une période de 30-31 jours.
  4. Bizarrement, nous avons divisé le jour en 24 heures (non pas 10 ou 20 !).
  5. Nous avons divisé les heures en 60 minutes (non pas 100 !), et ainsi de suite pour les minutes et les secondes.
  6. Cette façon de subdiviser le Temps seulement sur base de son rapport avec le Cercle, et donc comme s'il y avait un rapport avec une orbite, est partagé par de nombreuses civilisations terrestres.


Voilà donc que le Zodiaque nous apparaît comme une grande horloge, un calculateur dont la fonction essentielle semble être celle de scander le temps.

Et naturellement, le temps qu'il "designe" est un temps terrestre, justement parce que l'horloge en question est géocentrique, c'est-à-dire qu'on ne peut lire qu'en étant à l'intérieur et en observant le Ciel de la surface de la Terre.

zodiaco.jpg

A présent, vous qui passé agréablement votre temps et, en regardant votre montre, vous vous rendrez compte que l'heure de la récréation est passée et vous devez retourner travailler, bien sûr vous ne pensez pas que votre montre est la coupable du peu de temps qu'il vous reste et vous ne pensez pas non plus pouvoir modifier l'histoire en reculant les aiguilles ou en jetant votre montre ! Vous savez donc que ce n'est pas votre montre qui crée le temps, mais qu'il s'agit d'un mécanisme pratique qui mesure le temps.

Quand nous pensons au Zodiaque, nous devrions adopter le même concept. Pour les ancien, le Zodiaque n'était rien d'autre qu'une énorme, incroyable horloge construit (non pas par l'homme) pour mesurer le temps de la terre de manière parfaite. Dans cette dernière non seulement le Soleil scandait les saisons (et avec son mouvement apparent en réalité il les déterminait), non seulement la Lune scandait et déterminait les temps des marées et des semences, les cycles féminins et les moments de fécondités, mais chaque planète qui bougeait dans les signes du zodiaque était en réalité un aiguille qui indiquait à l'homme sur la terre d'innombrables temps et mesures qui le concernaient, à condition qu'il sache les lire !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site