Les chevaliers du Graal

La signification des quêtes pour l'homme d'aujourd'hui.

Depuis des siècles une recherche sans fin d'une relique introuvable est en cours. Au Moyen-Âge les chercheurs s'appelait Perceval, Galahad, Bohort et Lancelot. Aujourd'hui encore, il existe des hommes qui dédient leur vie à la "recherche". Nombres d'entre eux connaissent l'impossibilité d'atteindre le but de leurs efforts, mais c'est la quête elle-même qui leur donne un nouveau coeur et une conscience de la réalité plus haute et plus noble. Pourquoi pensez-vous que l'on recherche le Graal ?

Chacun a son Graal, de différente forme, nature ou signification. Cette article suggère une signification que l'on peut donner à la recherche : il s'agit d'une vision chrétienne du Graal, et on y relit les vie de 5 chevaliers. Dans chacun on retrouvera les qualités principales qui peuvent résider dans le coeur des hommes d'aujourd'hui. Et chacun d'entre nous pourra, chaque jour, retrouver le Graal : pas celui de bois ou de terre cuite, mais quelque chose de bien plus grand.

Le Graal : une coupe

Dans la légende du roi Pêcheur, le roi Blessé attend depuis un moment qu'un de ses chevaliers retrouve le Graal, seul remède pour son mal. Personne, cependant, n'est capable de l'atteindre. Voyant un simple jongleur, il lui demande un verre d'eau. Ce dernier se met aussitôt au service de l'assoiffé, et - ramassant une coupe - il l'offre au roi, qui s'aperçoit qu'il a le Graal entre les mains. Etonné, il demande comment il a pu trouver quelque chose que ses plus valeureux chevaliers n'ont jamais trouver. Il répond, avec une candeur absolue : "Je savais seulement que tu avais soif..."

Celui qui ne cherchait pas le Graal est celui qui l'a retrouvé : quel message surprenant ! Donc la recherche est inutile ? Bien sûr, si elle se limite à une étude de documents et de témoignage à propos d'une objet matériel, disparu il y a 2000 ans. Parce que le Graal, selon toute probabilité définitivement disparu, peut acquérir une signification nouvelle pour l'homme d'aujourd'hui. Et sans doute que la mort de Mère Teresa de Calcutta a reporté l'attention du monde entier sur ceci. La petite soeur albanaise priait devant une croix qui montrait une phrase que Jésus avait dit durant la Passion : "J'ai soif". Et, durant toute sa vie, elle a fait sien ce cri qui il y a 2000 ans provenait d'une croix, et qui aujourd'hui se lève sur la terre de la part des pauvres, des marginaux, des affamés. Elle a passé sa vie entière pour désassoiffer la terrible soif de pain matériel et spirituel, difusée sur toute la planète. Et c'est elle, à mon avis, qui a retrouvé le Graal, sans jamais l'avoir cherché. Parce que la véritable signification du Graal est cette attention vers ceux qui souffre, vers celui qui est le plus malchanceux, et qui n'a pas encore entendu la parole que Jésus à apporter sur la Terre : Dieu t'aime immensément ! Les assoiffés nous entourent, et nous ne pouvons pas vivre dans l'indifférence : nous devons apporter à chacun un confort matériel et spirituel, avec notre vie, avec notre amour, avec des sacrifices et des efforts qui nous font sentir que nous sommes tous les fils d'un même Père déclarait-elle. Et c'est là le seul Graal que nous pouvons encore retrouver. C'est la seule coupe que nous pouvons encore offrir à ceux qui vive à côté de nous.

Chacun des chevaliers de la légende du Graal, incorpore en lui certaines de ces vertus chrétiennes, qui peuvent être vécues par les chercheurs d'aujourd'hui. 

Les voici, en synthèse :

Galahad


Galahad

"... il s'agenouilla devant la Table du Graal, il récita ses prières et puis soudainement son âme se sépara de son corps, et une multitudes d'anges l'amena haut dans les cieux, sous les yeux de ses compagnons..."

Galahad représente le côté mystique du Christianisme, dont les attitudes sont souvent en contraste avec la mentalité commune. Il s'agit d'un comportement typique du chrétien, dont les choix sont à contre-courant de ceux du monde, et dont la vision de la réalité possède aussi une dimension mystique : la foi dans la Providence Divine et dans l'amour de Dieu ne sont que deux exemples. La détermination de Galahad est absolue, et il est prêt à tout pour atteindre le Graal : son but premier est celui de guerir les blessures du Roi Pêcheur, et cela fait en sorte que, à la fin, il parvient à retrouver la relique. Ainsi pour nous la première attention devrait être tournée vers Dieu et l'amour pour les autres, pour faire de notre vie un don continu : cela signifie tout laisser pour le suivre, avec détermination et enthousiasme. Galahad a retrouvé le Graal et il est décédé "en odeur de sainteté". C'est la même sainteté à laquelle nous aspirons, sûrs que la voie qu'il nous indique est la seul pour atteindre nous aussi le Graal. Lui-même semble vouloir nous désigner ce trajet : sa dernière pensée est tournée vers le père Lancelot ; parlant à ses compagnons, il leur recommande : "rappelez-moi à mon père Lanclot et dès que vous le verrez, invitez le à se rappeler de ce monde incertain".

Quelle signification prends cette recommandation ? Pour Galahad le monde n'est pas quelque chose à fuir dans l'absolu. Bien que ne cédant pas à ses flatteries, il aime le monde dans lequel il est né, et il le considère comme un lieu merveilleux pour lequel il vaut la peine de mourir. Il tombe donc, devant nos yeux, la figure d'un Galahad seulement mystique et ascétique. Il sait fondre une pensée spirituelle et un très grand amour pour la terre, au point de devenir l'image parfaite d'un chrétien, capable de vivre dans le monde sans faire partie du monde.

Perceval

Perceval

"... Une jeune femme très belle, élancée et décorée venait avec ses valets et elle avait entre les mains un graal. Perceval la vit passer, mais personne n'osa demander à qui on présentait le graal dans l'autre salle..."

Perceval fut élevé au fond de la forêt sans rien connaître des chavaliers et de la chavalerie. Mais ce fut justement là une des caractéristiques qui permirent au jeune héros d'être aussi au centre du mystère, au point de devenir un Gardien du Graal. Et ce grâce à la simplicité dans laquelle il vivait, au point de tirer son nom de l'adjectif avec lequel il était appelé : le pur fou, parsi fal, Parsifal ou Perceval. Cette profonde innocence le rend inattaquable aux tentations suies aussi bien par Galahad que par Bohort. Pour lui les femmes sont comme des fleurs, des créatures lumineuses destinées par la nature à prendre soin de lui. Ses combats avec les autres chevaliers se passe comme dans une dimension de rêve, comme si ces entreprises avaient peu d'importance pour lui. Il a l'esprit tourné uniquement vers la Recherche, et il passe les épreuves qu'il doit affronter simplement, comme si elles n'existaient pas. Il s'agit de cette attitude qui permet de dépasser les difficulté de la vie sans perdre d'âme, avec le regard toujours pointé vers le but à accomplir : celui de la sainteté. C'est cette façon de vivre détaché des problèmes, sans permettre à ceux ci de nous dépassé ni de nous changer. C'est cete façon d'accepter la croix de chaque jour sans se lamenter, mais avec une éloge continue de Dieu.

Bohort

Bohort

"... Bohort est celui qui est venu apporter le témoignage à la vérité du mystère même ..."

Bohort est le moins célèbre des chevalier du Graal. Cousin de Lancelot, il vit un peu dans l'ombre de son parent plus célèbre. C'est le seul qui est marié : de cette façon, il pénètre la nature et le mystère de l'amour humain et d'une façon qui est refusée à ses autres compagnons. Il s'agit de la figure de l'homme commun, qui toutefois ne craint pas de se lancer dans une recherche surnaturelle. Jésus a dit : "Je te remercie Père, parce que tu as caché en mois ces choses aux savants, et tu les a révélé aux humbles". Son message est destiné aux simple, pas seulement aux héros. C'est pourquoi, aujourd'hui encore, il exite beaucoup de personnes communes qui ont décidé de passer leur vie pour un idéal qui est invisible, mais surnaturel. Il s'agit d'un pari sur lequel ils ont fondé leur propre vie, justement comme Bohort, qui bien que vivant dans le monde, est capable de rejoindre le but qu'il s'est fixé : le Graal. Un détail se doit d'être souligné dans sa recherche : c'est le seul à revenir à Camelot quand la recherche est terminée, pour dire à Arthur et au reste du monde tout ce qui s'est passé. Il s'agit donc, de celui qui a apporté le témoignage à la vérité du mystère du Graal, et qui a jugé important de révéler à tous sa découverte. C'est avec le même enthousiasme que le Chrétien veut passer sa vie pour témoigner de ce qu'il a trouvé : la joie pour la découverte d'un Dieu qui aime tout le monde immensément, et qui propose une vie qui donne de la joie.

Lancelot

Lancelot

"... Alors Lancelot regarda au centre et vit une table d'argent et le Vase Sacré couverte de samit rouge et entouré de nombreux anges. Il entra dans la chappelle et s'approcha de la table d'argent; Et alors survint un grand coup de vent et de feu qui le pris d'assaut avec autant de force qu'il tomba à terre sans pouvoir se relever et qu'il perdit l'usage de ses membres, de l'ouie et de la vue..."

C'est le chevalier qui a failli dans sa recherches : impliqué dans la splendeur fallacieuse du monde, il a mis à la première place dans sa vie une femme, Guenièvre, plutôt que Dieu. Nonobstant le fait qu'il soit sincère et vraiment disposé à laisser de côté tout désir terrestre pour s'adonner à l'escalade des cimes de la Montagne du Graal, cela n'est pas encore suffisant pour que la recherches ait une bonne fin. Il atteint le Graal, il a la possibilité de le voir un instant, mais il ne parvient pas à s'en approcher. C'est la même sensation qu'éprouve celui qui a l'âme troublée par l'amour d'une femme : il se rend compte de la présence de Dieu, mais il ne parvient pas à suivre le chemin ver lui parce qu'il est freiné par des liens qu'il a instauré. C'est seulement en vivant un amour ouvert à Dieu que l'homme peut éviter de se laisser lier à terre : les deux, alors, sont capable de s'élever, ensemble vers l'infini, et de se soutenir dans le chemin qui mène à lui. l'amour de Lancelot, au contraire, n'a pas ces intentions : sa relation avec Guenièvre, femme d'Arthur, l'amène à commettre un péché d'adultère qui le séparera de Dieu : le péché est un choix conscient, qu'il payera devant le graal en tombant par terre, pénétré par un vent de feu. Ce sera à lui de reconnaître son erreur : 'toutes les grandes entreprises de guerre qui j'ai accomplies par amour de la reine et pour son amour j'ai combattu, sans faire attetion si c'était juste ou faux, et jamais je n'ai combattu par amour de dieu mais seulement pour gagner l'affection et être aimé".
Dieu acceuille son répentir, bénissant sa descendance et concedant le privilège de retrouvé le Graal au fils de lancelot, Galahad, né de la princesse du Graal Elayne.

Dindraine

Dindraine

Didraine est une jeune femme, soeur de Perceval ; Son histoire, simple et brève, n'en est pas moins importante pour la signification profonde qu'on peut en tirer. Elle se troue à bord du navire de Salomon qui rapporte le Graal vers la ville sainte. Le long du chemin il s'arrête dans un château où se trouvait une femme gravement malade de la lèpre. Ce n'est que lorsqu'une vierge aurait donné son sang, qu'elle serait guérie. Bien que les chevalier du Graal aient été disposé à défendre Dindraine jusqu'à la mort, c'est spontanément qu'elle offirt en sacrifice son propre sang, mourrant pour que la dame puisse survivre. L'allégorie du sacrifice chrétien est ici évidente, cette attitude de disponibilité à donner sa propre vie pour le salut du prochain. Ce point peut constituer une remarquable matière à réflexion pour ceux qui affrontent le chemin vers le Graal : il est particulièrement important, parce qu'il démontre que les bons chevaliers ne sont pas nécessairement des hommes.

Le but de la Recherche

La libération de la Terre Désolée et la guérison du Roi Blessé sont en réalité des symbole des blessures de la création elle-même, rendue déserte par notre incapacité à comprendre les plans divins. Le vide, le manque de valeurs qui désormais imprègne tout la société, sont des caractéristiques de l'actuel Waste Land, contre laquelle seul les Chevalier du Graal peuvent combattre, apportant le message du Christ dans le coeur des hommes, pas vraiment avec des mots, mais plutôt avec la vie, changeant de pensées et se rendant compte que seul Dieu est l'idéal pour lequel on peut passer sa vie car il ne peut pas s'écrouler. Quiconque tente de rendre sa vie comme un témoignage continu de l'Amour de Dieu, est déjà en train de chercher le Graal, et il pourra le trouver s'il est capable d'entreprendre le chemin avec simplicité, innocence et détermination. Il se sentira toujours plus imprégné de l'amour de Dieu et avec son aide, il sera possible de guérir les blessures de la Terre Désolée, recréant ici sur terre le Paradis, perdu à cause du péché.
Les difficultés ne manqueront pas, les tentations et les chutes non plus : mais si rien en freinera le chemin du Chercheur, le Graal apparaîtra dans toute sa splendeur le jour où nous entendrons les paroles : "Viens dans le Règne de mon Père, parce que j'avais soif et que tu m'as donné à boire..."

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×