Des OVNI dans les cadres de la Renaissance

Un peu de clarté. Comment se concilient les hypothèse des sceptiques et des défenseurs ?

Dans les oeuvres de la Renaissance des OVNI sont peints ? Les artistes de l'époque voulaient raconter un secret ? Celui qui y croit a-t-il raison ? Ou c'et celui qui réfute cette hypothèse qui a raison en l'accusant d'être totalement fantaisiste ?

D'après moi, les deux parties ont raison, au cas par cas.

Avec cet article je voudrais apporter un peu de clarté aux deux positions qui, au cas par cas, ont raison ou bien tort.

Je ne veux pas me limiter à dire si dans les tableaux il y a ou pas des objets anachroniques. Je voudrais comprendre si leur présence aurait une sens, s'ils pourraient vraiment être ce qu'ils semblent, c'est-à-dire des OVNI, en entendant par là des Objets Volants Non Identifiés.

Le premier obstacle à surmonter, et c'est la que je veux commencer, est la phénomène dit de la "pareidolie". Pour expliquer ce concepts psychologique complexe, j'utilise un exemple simple. Qui parmi nous ne s'est jamais arrêter à regarder les nuage dans le ciel et n'ai pas joué à voir en lui des figures d'animaux, visages ou autre ? Justement il s'agit ici d'un cas de pareidolie, c'est-à-dire la superposition à un objet de l'image suggérée par notre imagination.

Tous ceux qui conteste l'hypothèse de la présence d'OVNI dans l'art, utilise ce mobile.

Dans de nombreux cas, en effet, il y en a qui s'amuse à créer de faux mystères et ainsi une photo décolorée, ondulée ou usé devient la preuve de l'existence des fantôme ou des aliens. Même le grain de poussière sur lequel se reflète le flash d'un appareil photo digital devient une "entité" mal définie. Hypothèse courageuse.

Nous devons savoir que notre esprit interprète la réalite qu'il voit à travers la déformation des nos yeux, instruments imprécis mais auxquels nous avons appris à nous fier aveuglement (excusez le jeude mot), avec l'aide de nos 4 sens : goût, odorat, touché et ouïe. Sur base des 5 sens, limités, imparfaits, déformants si ce n'est parfois même falsificateurs, l'Homme connait, expérimente, interprète le monde et l'Univers, avec la prétention perverse d'avoir un cadre complet de la réalité.

Cette brève digression me sert donc à arriver ici : selon l'époque historique les répérages d'objets volants non identifiés dans le ciel sont décrit avec des images familières pour les personnes de cette époque.

On parle beaucoup sur la toile et dans les livres du tableau de Paolo Uccello, la Thébaïde (Scène de la vie monastique) 1450-1475 conservé à la Galerie de L'Académie de Florence. Un petit détail, vraiment petit, la réprésentation de Saint Jérôme pénitent qui prie à genoux sous le crucifix. Sur le Côté, sur la colline du Golgotha, un objet rouge "de forme discoïdale, avec une traînée comme si il était en train de tomber..." Il suffit de connaître l'histoire du SAint, il suffit de chercher d'autre représentations, il suffit de réfléchir en somme, pour comprendre que ce qui ressemble à un chapeau de cardinal est bel et bien un chapeau de cardinal. Saint Jérôme en effet renonça à la carrière écclésiasitique pour se faire moine et c'est pour cela que la scène qui le décrit contient toujours le chapeau jeter au loin. Les dimensions réduites et le fait qu'il soit posé à terre ne laisse aucun doutes. Mystére dévoilé.

Thebaïde de Paolo Uccello

A Arezzo, un autre tableau qui pour beaucoup symbolise des éléments ufologique est l'Annonciation de Piero della Francesca, de 1455. Avant toute chose clarifions le fait que avec le terme "Annonciation" on ne fait pas référence à la naissance du Christ, mais à l'appel imminent et à l'ascension au ciel de Marie. Ce fait est inconnu aux plus grands nombres qui traite l'argument de façon superficielle, et c'est domage parce que le "rayon tractant" qui Dieu envois dans les chambres de Marie rappelle de prêt les récits des présumés abductés et donc peut être vu comme une preuve de la représentation d'un évènement ufologique.

Annonciation Piero della Francesca

Bien sûr l'auteur dépeint souvent les nuages de formes discoïdale, mais dans cette peinture un de ces nuages véhicule Dieu. A cette époque l'image d'un Dieu avec une barbe qui vit sur les nuages était courante et donc cela ne devrait pas étonner. Mais en réalité certain élément me font pencher vers une message bien précis. La Madonne monta au ciel, ainsi que son fils Jésus, qui fut vite caché par un nuage. D'autres personnes dans la Bible accèdent au ciel où ils sont en contact avec des personnages non humain dépositaires de sagesse et de connaissance. Enoch lui même disparu dans les nuages et Saint Paul raconte que certaine personne ont été portées dans les cieux encore en vie.

La forme de chapeau des nuages est en ligne directe avec les repérages dans les cieux de l'époque, dans les chroniques nous lisons des rapports à propos de chapeaux volants qui bougent dans l'air sous les yeux des personnes affolées.

Dans les textes sacré les Anges, ou la "voix de Dieu", arrivent à bord de Nuages qui émettent des bruits assourdissant comme s'ils éffritaient les montagnes. Essayons d'imaginer la stupeur de ceux qui assistaient à une expérience de ce type ! Aujourd'hui nous avons dans la tête des images technologiques et donc nous dessinerions une soucoupe volante, mais à l'époque les images les plus récurrentes était les formes de la nature.

La question est donc : qui étaient ceux qui voyageaient à bord de nuages flambloyants et bruyants durant l'antiquité ?

Les nuages devraient peut-être être interprété comme le symbole de quelque chose d'autre qu'à cette époque on ne parvenait pas décrire ?

Il se pourrait donc qu'une scène contenant des éléments ufologiques soit peinte. Cela signifie que c'est possible, en accord avec les critiques d'art. La scène est ce qu'elle est mais c'est aussi quelque chose d'autre, un message transparent.

Et vers la fin des années 1500 nous trouvons l'eouvre de Salimbeni, la Glorification de l'Eucharistie, à Montalcino.

Salimbeni, glorification de l'eucharistie

Une oeuvre merveilleuse à voir en personne et pas uniquement en photo. Il faut dire que la salle de sport en verre verdâtre que l'administration a adosser à l'ancienne petite église est une absurdité, pour ne pas dire une obscénité.

Dans la peinture de l'autel, du haut des cieux, sur les nuages, Dieu et Jésus regarde vers le bas où se trouve une sphère avec deux "antennes" qui sortent de son sommets et que les figures sacrées manoeuvrent. En haut la colombe du Saint Esprit.

Pour certains, cette étrange sphère grise, presque métallique, est un objet technologique. Le terme antennes est souvent utilisé et certains disent même qui d'en dessous sort une sorte d'"objectif" comme une caméra.

Avant toute chose, rien ne sort : j'invite ceux qui diffuse des fausses nouvelles à aller le voir de leur propres yeux. En bas, un effet d'optique donne l'illusion que quelque chose sort effectivement mais si on observe le méridien qui cours sur le globe on voit que l'objet est à l'intérieur du globe lui-même et on voit clairement qu'il s'agit de la lune, tout comme plus haut apparaît, toujours à l'intérieur, le soleil. Le globe représente l'univers, souvent représenté comme une sphère avec à l'intérieur le soleil, la lune et la terre, sur lequel la Trinité pose sa signature en tant que Créateur. Dévoilé aussi le mystère des "antennes".

 Un élément cependant se rapporte aux OVNI. Dans les années 70 fut lancé en orbite le Spoutnik qui, mi en confrontation avec le globe peint laisse perplexes : ils sont identiques. En émettant l'hypothèse que dans la peinture se trouve un objet métallique, on pourrait expliqué la présence du soleil et de la lune mais non pas à l'intérieur, mais refléter sur la superficie du satellite !

Spoutnik

Mais comment penser au spoutnik en 1500 ?

Et bien, peut-être pas au satellite russe, mais durant ces années quelque chose de bizarre se passait dans les cieux d'Europe. Dans Gazette de Nuremberg de 1561 et dans la Gazett de la petite ville de Bâle en 1566 on parle de repérages constatés par plusieurs personnes et assez récurrents dans le ciel : des dizaines voir des centaines de sphère noir qui filent à toute allure dans toutes les directions.

Sphères noires dans le ciel

C'est ce fait que personne n'a pris en considération qui a frappé mon attention. Dans d'autre peinture de l'époque et pour un temps limité, apparaît un globo, parfois transparent, parfois "métallique". La même époque durant laquelle se déroulèrent les dizaines de repérages d'objets similaires dans les cieux et ces témoignages sont "assurés" par des sources historiques (qui ne sont pas des récits ou des textes sacrés facilement discutables).

Sphères dans le ciel

Qu'y a-t-il d'étonnant ou d'indignant, chers critiques, dans le fait qu'un artiste, bien intégré dans sont temps comme ils l'étaient tous, ait voulu imprimer un élément distinctif de son époque historique ? Il est logique par après qu'il soit associé à la divinité. Tous ce qui n'était pas explicable venait "sûrement" de Dieu.

Il pourrait donc s'agir d'une scène de type ufologique. Cela signifierait que c'est plausible.

Mais la peinture la plus riche en messages est, selon moi, la Vierge et l'Enfant avec Saint Jean de 1450 conservée dans les Musées du Palazzo Vecchio de Florence, peu accessible aux médias si ce n'est avec une large compensation financière. C'est dommage étant donné que c'est un bien de l'humanité, mais à Florence on paye même pour entrer dans l'EGlise, à cause d'oeuvres que Michel-Ange et ses compagnons auraient préférés laissé à tous plutôt qu'à certains. Cela ne devrait pas être ainsi et j'ai eu la possibilité de m'indigner mais mon indignation n'ayant aucun poids elle est restée à l'intérieur de moi.

Vierge à l'Enfant et Saint-Jean, Jacopo del Sellaio

Sur le fond, derrière la Vierge, sur une hauteur, un homme accompagné d'un chien observe le ciel, voilant ses yeux avec une main, en direction d'un objet grisâtre, en forme de "cocotte minute", incliné sur son axe et dont la superficie émet des rayons lumineux. On ne peut pas diere qu'il s'agisse du soleil sinon en accusant le peintre d'incapacité étant donné que le soleil même un enfant sait le peindre. Cela ne peut donc pas être le soleil, il n'est même pas rond ! Et comme si cela ne suffisait pas le soleil est déjà peint, à gauche.

Il est plus probable qu'il s'agisse du nuage de feu dont parle le Proto-Evangile de Jacques (150 p.C.) : la grotte est envahie par une grande lumière produite pas un "nuage lumineux".

Encore une fois un nuage, lumineux. Le même qui apparaît dans les cieux accompagné de la "Voix de Dieu", ou qui enlève les personnagesdes ascensions au ciel, le même que celui dont les Saints reçoiventles stigmate, le même duquel descent la colombe, bref un élément récurrent et qui ne peut être seulement naturel.

Dans d'autre peinture il y a des nuages lumineux peint mais comme des nuages et ils font partie de la scène principale, ils ne restent pas sur le fond, sur un niveau d'observation (et de signification) plus profond. Le nuage le plus proche du nôtre apparaît dans la Nativité de Lorenzo Monaco conservée au Metropolitan Museum of New York.

Selon Victor Sgarbi il s'agirait d'une "tâche involontaire", donc une erreur de l'artiste...

Il s'agit d'un OVNI, quoi d'autre sinon ? Mais de quel nature, impossible de la savoir.

Les mystères de ce cadre, ou mieux, les messages, ne s'arrêtent pas là.

Outre à l'OVNI il pourrait il avoir quelque chose d'autre, un message ésotérique sur les origines même du symbolisme chrétien.

Les symboles liés au christianisme sont dérivés des autres religions précédentes si on parcours le chemin à l'envers on arrive à un chaudron initial fait d'astrologie et de cultes solaires. Ce n'est pas par hasard si on associe étoile à Marie et Soleil à Jésus.

Le récit de la nativité, imprégné de symbolisme, parle clairement. Les trois rois qui suivant l'étoile vont vers le lieu où naît Jésus, ne serait autre que les trois étoiles de la ceinture d'Orion, depuis toujours appelées justement "tois Rois". L'étoile la plus lumineuse est sans aucun doute Sirius, la Sothis-Isis de l'Egypte ancienne. Durant la période du solstice d'hiver, 21-22 décembre, le Soleil recommence à monter dans le ciel et le lever héliaque a représenté la source des cultes du Sol Invictus et d'autre festivité païenne avant et chrétienne après. Et bien, durant cette période de l'année les étoiles de la ceinture d'Orion s'alignent avec l'étoile Sirius et pointent à l'Horizon vers le lieu où se lève le Soleil. Donc les trois rois, suivant l'étoile, arrivent au lieu où naît Jésus.

Cette scène est probablement représentée dans le cadre la Vierge à l'Enfant et Saint Jean de Jacopo del Sellaio. Il y en a qui parle de mystères et de complots mais un historien quelconque sait de quoi nous parlons et sans peur, du moins pour le moment, de l'inquisition, il n'y a pas de honte à raconter des faits historiques. Les trois petite flammes sont interprétées souvent comme des attributs moraux et spirituels de Marie, mais elles peuvent être interprétée justement comme trois étoiles. Mais si les trois rois sont les étoiles, où serait dans le tableau la "plus belle étoile" (appellatif de Marie dans les chants chrétiens), celle qui les guide? Sur l'épaule de la vierge se trouve la réponse. Une étoile entourée de 3 flammes.

L'artiste a voulu raconter plusieurs histoires en une ? Il a voulu raconter en un seul photogramme plusieurs séquences ? Magie de l'art, mais la vérité est restée avec Jacopo del Sellaio (puisque l'oeuvre lui est attribuée).

Du haut plateau du Tassili N'ajjer de la préhistoire africaine, en passant par toutes les anciennes cultures, dans les cieux nous savons que, et encore aujourd'hui cela arrive, des objets que nous n'avons jamais pu identifier avec certitudes ont bougé. Si aujourd'hui il est normal que des "boites métalliques" traversent tous les jours le ciel, dans l'antiquité c'était un phénomène incroyable et pour certains aspects indescriptible. Dans les textes sacrés de nombreuses cultures on parle d'êtres célestes qui avec désinvolture défie les lois physiques de la planète. Mais si dans les chroniques (n'oublions pas les premières pages de certains journaux) récents ou passés les journalistes en ont parlés, il ne peut pas y avoir de croisades contre "l'absurde hypothèse que dans les cadre il y a des OVNI". Il n'est pas nécessaire d'associer les OVNI aux aliens, si cela est trop difficile à accepter, mais tous le monde sait qu'il existe des objets volants non identifiés, depuis toujours, on en parle depuis toujours, et il est logique que certain l'aient écrit et que d'autres aient tentés de les représenter.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×